• L'OFFRANDE : RÉTABLISSONS LA VÉRITÉ

    L'OFFRANDE : RÉTABLISSONS LA VÉRITÉ

    Par Eric Ruiz


    "Que chacun donne comme il l'a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie." 2 Corinthiens 9:7

    Dans l'Eglise de J.C, il y a des besoins, qui sont d'ordre affectif, auxquels on peut répondre au travers d'une communion fraternelle vraie en donnant de son temps pour les autres.

    D'autres besoins sont résolus par la prière.

    Mais il y a aussi des besoins qui ne peuvent être couverts que par l'argent ou les biens matériels.
    L'apôtre Paul, invite chaque croyant à 
    donner selon son cœur, c'est-à-dire sans se sentir contraint ou envahi par des regrets, mais avec joie sachant que l'on vient en aide au Corps de Christ.

    C'est dans ce sens que doit être prise la loi sur la semence, du verset précédent, le verset 6.


    "Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment."


    Ce verset a jeté un drôle de trouble dans les milieux chrétiens.

    Il a souvent servi à mettre un lien sur les croyants, en suscitant une gène et même une culpabilité sur celui qui donne peu ou pas assez.
    La subjectivité du " pas assez " a été employée, par les dirigeants des assemblées dénominationelles.

    "Pas assez" signifiait: "Faites agir votre foi, il me manque de l'argent pour accomplir l'objectif fixé par l'église ! 

    " Il a servi ce faux "évangile de la prospérité", basé sur la connaissance, la loi mosaïque et non sur la loi de l'amour.

    Des prédicateurs avides de profit, annonçaient : " si vous semez de l'argent vous récolterez de l'argent". Vous récolterez la nature que vous avez semé.
    C'est trop facile de prendre des versets et les sortir de leur contexte pour appuyer ce que l'on cherche à créer.

    "Puisqu'ils ont semé du vent, ils moissonneront la tempête; (autre verset significatif sorti complètement de son contexte le plus souvent; lisons la suite pour y voir plus clair). Ils n'auront pas un épi de blé; Ce qui poussera ne donnera point de farine, Et s'il y en avait, des étrangers la dévoreraient."

     

    Vous voyez si on lit le verset jusqu'au bout, on voit qu'il indique un châtiment pour les impies et non une conséquence d'un don. Le prophète Osée, prophétisait la sanction-punition liée au péché d'idolâtrie, à la fabrication d'un veau d'or. Il n'indiquait pas une loi sur la semence.
    Et cette punition a touché tous ces pasteurs, admiratifs d’eux-mêmes, s'étant construit leur propre veau d'or. Ces conducteurs iniques ont puisé dans les collectes et les dîmes de leurs églises pour satisfaire leur gloire personnelle, pour qu'ils puissent briller devant les autres.


    La preuve est que voyant que leur ministère avait récolté la tempête, qu'ils étaient devenus vides et sans fruits, ils se sont réfugiés dans le mensonge, ils se sont mis à jouer des rôles, ils sont devenus des comédiens de la foi, prêts à dissimuler leur stérilité spirituelle avec de fausses guérisons, de faux miracles, de fausses délivrances etc, etc.

    Ils se sont donnés des faux ministères pour continuer à séduire leurs membres. C'est ni plus ni moins que de l'endoctrinement pour extorquer des sommes d'argent. 

    Matthieu 24:23
    Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus."


    Ces faux Christs et ces faux prophètes sont la plupart des dirigeants, des pasteurs que Franck Viola  appelle une "classe d'élite...un chrétien exceptionnel... quelqu'un à vénérer (par conséquent le titre " révérend ").(Franck Viola " le christianisme paganisé) "

    J'écrivais cela quand tout à coup, mon téléphone portable a vibré et un frère de la région nord, m'a envoyé un mail surprenant.
    Voilà ce qu'il m'a écrit alors que j'étais en pleine méditation.

    "Presque tous les dimanches il y avait des collectes pour telles ou telles choses dans mon église, mais jamais pour un frère ou une sœur qui était dans le besoin.
    il y a quelques années je devais déménager et je ne pouvais pas payer la caution. J’ai appelé mon pasteur et je lui aie demandé s'il pouvait m'aider en lui précisant que je le rembourserai d'ici quelques semaines.
    Quelle n'a pas était ma surprise quand il m'a dit de lui signer une reconnaissance de dette. Sur le coup je voulais refuser. Après je me suis dit que pour ma famille je me devais d'accepter. Mais son attitude m'a accablé m'a découragé au point où j'ai du me réfugier dans la prière pour ne pas perdre la foi." 

    Je vous laisse estimer la probabilité que ce mail soit dû au hasard ou à une simple coïncidence.


    Voilà, ce que je lui ai tout de suite répondu.
    " Ton mail illustre parfaitement ce que l'Esprit me mettait à cœur à l'instant.
    (Cela confirme pourquoi il y avait en moi de la colère.)
    La première mission de l'Eglise est de venir en aide au corps de Christ. Donc à ses membres. Avant de te lire j'étais dans une colère contre cet esprit antéchrist qui a trop longtemps sévi dans les assemblées.
    Récemment dans notre nouvelle assemblée, il s'est passé la même chose que ce que tu as vécus. Par contre, nous avons pris les 500€ dont avait besoin une jeune croyante pour payer son premier loyer sur Paris. Nous avons fait collectivement ce geste avec la joie de voir l'utilité que nous avons pour nos frères et sœurs et nous avons remercié Dieu pour cette opportunité de pouvoir les bénir.

    C'est cela la vraie solidarité.
    Et nous ne redemanderons jamais cet argent car le Seigneur est venu enlever nos dettes ce n'est pas pour que nous en redonnions à d'autres. "

    Revenons à la loi sur la semence.

    La loi de la semence, c'est de la pensée positive pour motiver des commerciaux, ce n'est pas pour des croyants en J.C.

    Honte à vous qui avez fait cela, l'opprobre est sur vous et elle vous tourmente aujourd'hui.
    Jésus ne disait pas cela. Il montrait qu'un cœur rempli d'amour, sème des actes d'amour, qu'elles soient faites avec de l'argent, ou avec autre chose.
    La récolte abondante sera forcément de la même nature que celle de l'amour.

    Vous aidez un frère à construire sa maison, c'est un acte d'amour.
    Vous gardez les enfants d'une sœur c'est la même chose.
    Vous donnez des habits à un frère dans le besoin, c'est pareil. C'est la même semence.
    Et la récolte sera abondante car elle provient de l'amour, qui est un acte généreux, libre et non une action imposée, dirigée par une loi, qui ne produira que de mauvaises récoltes.

    Mais à l'inverse, si on n'aime pas donner, c'est que notre amour pour Christ est bien mince. 
    Si l'on donne dans l'unique espoir de moissonner abondamment, cela n'est pas bon non plus car cela devient un calcul et non plus un acte de cœur.
    Nous devons avoir une relation équilibrée avec l'argent, et les biens matériels, sachant que chaque don se fait avec un bon cœur.
    La repentance, pas les regrets permet à elle seule de retrouver ce juste équilibre.
    Car je le rappelle, si le cœur n'est pas régénéré par le Saint-Esprit, il restera tortueux.

    Jérémie 17:9 : "Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant: Qui peut le connaître?

    La Version Martin ne dit pas tortueux mais " rusé ", pas méchant mais "désespérément malin".  "Rusé" est l'attribut du serpent ancien dans le jardin d'Eden.Le malin est celui du diable. Notre cœur,c'est donc notre ennemi, celui qui nous fera tomber, si nous ne faisons pas de lui notre serviteur. Il faut à tout prix le briser et le maintenir dans cette état de soumission.

    Les besoins de l'assemblée

    Il est bon à l'assemblée de faire part de ses besoins. L'argent disponible par les offrandes doit être alors géré par les anciens. Ceux qui gèrent doivent être nommés selon deux critères :

     Actes 6:3 "C'est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l'on rende un bon témoignage, qui soient pleins d'Esprit-Saint et de sagesse, et que nous chargerons de cet emploi."

    Sagesse et esprit saint vous l'avez lu sont les deux critères essentiels qui sont visibles chez le croyant.

    De quelle sagesse s'agit-il ? 

    (Jacques 3:17)

    "La sagesse d'en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d'hypocrisie." 

    Elle est remplie de l'Esprit-Saint, c'est-à-dire d'un esprit humble et d'un cœur brisé, soumis au Seigneur. Recherchant premièrement les choses d'en haut. 

    Pour qui doit-on donner en premier?


    Romains 15:1
    Nous qui sommes forts, nous devons supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas, et ne pas nous complaire en nous-mêmes."

    Dans l'église primitive, il n'y avait aucun indigent. C'est-à-dire aucun pauvre, aucun nécessiteux. Pourquoi?
    Parce que tous posaient un regard bienveillant les uns sur les autres.
    Parce tous vivaient le proverbe 22:9
    "L'homme dont le regard est bienveillant sera béni, Parce qu'il donne de son pain au pauvre."

    On parle souvent d'argent, mais l'assemblée, c'est une communauté de biens.

    Cela signifie que celui qui possède deux voitures et qui voit son frère sans véhicule et dans le besoin, lui donnera la voiture dont il n'a pas besoin.


    "Nul ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais tout était commun entre eux". C’est par ce que chacun était dans un état de cœur disponible, prêt à prêter, donner ses biens pour l'autre. La preuve: on "faisait des distributions à chacun selon qui en avait besoin."


    Les premiers disciples exerçaient ce que l'on essaye de mettre derrière ce mot aujourd'hui tant galvaudé :"la solidarité."
    Mais cette solidarité sociale est devenue légaliste. Certains français sont prélevés d'un impôt solidarité sur la fortune. Autrefois on payait une vignette automobile qui servait de caisse de solidarité pour les retraités démunis. 

    L'autre forme de solidarité qui s’est développée de manière prodigieuse est l'humanitaire.

    Là aussi, on est rentré dans une forme organisée de l'aide (plusieurs milliers d'associations internationales ont été créés).

    Mais ne nous leurrons pas cette sorte d'aide sert surtout à deux choses : La première à ceux qui n'en n'ont pas besoin mais qui ont compris comment profiter du système; la deuxième, à soigner sa propre image, à se déculpabiliser. 
    On pense que ce don ou plutôt cet acte religieux effacera les autres mauvaises actions. Mais on ne se dédouane pas avec le Seigneur, on confesse ses fautes avec un cœur contrit et un esprit brisé. Ce n'est pas la même chose.

    Ensuite, seulement ensuite l'argent sert à d'autres missions.
    Première mission: D'abord, 
    en premier lieu, le corps de Christ, qui je le rappelle n'est pas un bâtiment mais des âmes, puis dans un deuxième temps les missions extérieures.

    Voilà un vrai commandement du Seigneur, et je n'ai pas peur de le proclamer haut et fort.
    Le Seigneur bénira l'église dans ses missions extérieures si et seulement si elle prend soin des siens en premier.

    Mais voilà, la mission prioritaire a été trouvée avec l'accueil de nouveaux convertis.

    Il fallait le plus souvent agrandir la salle de réunion, pousser les murs ou changer d'endroits de culte. Quelle prétexte bien trouvé pour nos chers dirigeants pour construire des édifices à leur image.

    Savez-vous que ces considérations n'ont jamais été un objectif dans l'église primitive. Les témoignages de cette époque montrent des disciples détruisant les murs de leur chambre pour en faire de grandes pièces afin d'accueillir plus de monde.

    CHAPITRE 3 LE BÂTIMENT D’ÉGLISE :   de Franck Viola " le christianisme paganisé "
    "Pendant les trois premiers siècles, les chrétiens n'ont adopté aucun bâtiment particulier. Comme le dit un érudit, " le christianisme qui a conquis l'empire romain était essentiellement un mouvement concentré dans les maisons. " Certains ont argumenté du fait que c'était par la force des choses. Mais ce n'est pas vrai. C'était un choix conscient de leur part"

    C'est Constantin qui décida de construire des cathédrales et des lieux propres aux chrétiens. L'empereur Constantin a à partir du 4ème siècle fait rentrer le paganisme dans la foi chrétienne.
    "Après le voyage d’Helena vers Jérusalem en 327, Constantin érigea les premiers bâtiments d'églises dans tout l'empire romain. Il imita les païens en construisant des temples en l’honneur de Dieu." (Franck Viola " le christianisme paganisé ")


    J'affirme moi, qu'Il a par son zèle ardent de constructions religieuses, contribué à casser la communion fraternelle.
    Les dons, les offrandes, les dîmes sont devenues un impôt d'état, l'impôt du clergé, qui a servi davantage la pierre que les âmes.
    N'oublions pas que c'est le statut du pasteur, de l'évêque avec un grand "E" qui a changé la communion fraternelle en mettant un homme au-dessus des autres, plus qualifié plus expert. Il devait donc devenir un "professionnel", avec un salaire.
    Mais où se trouve cela dans la Bible? Les apôtres étaient des amateurs.

     

    Matthieu 24-29 : "et les puissances des cieux seront ébranlées"

     

    C'est le deuxième être vivant d’Apocalypse 4 :7 ressemblant au bœuf qui fut ébranlé. La force qui caractérise le bœuf comme l'Eglise s'effondra avec la montée en puissance des dirigeants d'assemblée. Le clergé mit une hiérarchie injuste dans l’Eglise, se différenciant des laïcs. Sur la table du lieu saint, il y eut des pains de proposition plus gros, plus volumineux que les autres, remplis de levain, d'hypocrisie et de religiosité. Il est clair qu'à ce moment-là, Jésus ne fut plus le seul objet d’adoration.


    Attention! ce levain de l'hypocrisie peut toucher n'importe qui. Ne croyez pas que vous êtes épargnés parce que vous êtes une simple brebis.
    Paul l'apôtre des gentils montrait une vrai humilité en se donnant les moyens  de n'être à charge de personnes.

    "J'ai dépouillé d'autres Eglises, en recevant d'elles un salaire, pour vous servir. Et lorsque j'étais chez vous et que je me suis trouvé dans le besoin, je n'ai été à charge de personne; car les frères venus de Macédoine ont pourvu à ce qui me manquait. En toutes choses je me suis gardé de vous être à charge, et je m'en garderai. " (2 Corinthiens 11:8-9)

    Le mot "dépouillé" que Paul emploie a un sens fort, pour choquer. 
    Il veut choquer les Corinthiens, leur faire prendre conscience que l'on ne doit pas abuser des donateurs, ils ne sont pas les vaches à lait des apôtres et que ces croyants se sont plus que sacrifiés pour les Corinthiens, qui ne méritaient pas ce sacrifice.

    Paul est obligé de dire cela à cause de leur manque de reconnaissance et de leur ingratitude envers lui. Paul accepte l'aide des chrétiens matures de Macédoine, mais pas celle des Corinthiens, il ne veut pas être une occasion de murmure, ni de chute, car il connait leur manque de renoncement. Il sait qu'il aura des reproches du genre:" avec tout ce qu'on a fait pour lui, il nous traite de la sorte!"
    Aussi, Paul insiste sur le fait qu'il ne leur créera aucune dette. Il n'a jamais obligé, ni fait pression sur personne, il n'a rien réclamé comme salaire, il le dit clairement en affirmant n'attendre rien de personne.
    Remarquez au passage que c'est l'inverse de nos églises, qui préfèrent pomper l'argent des pauvres, des gens faible dans la foi, en leur prêchant un évangile de prospérité.

    (Philippiens 4:11-12)

    "Je sais vivre dans l'humiliation, et je sais vivre dans l'abondance. En tout et partout j'ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l'abondance et à être dans la disette."


    Paul, considère sa condition non pas comme une injustice venant des non donateurs, mais comme la volonté de Dieu qui pourvoit comme il l'entend à ses propres besoins.


    Tout est une affaire de priorité et de sagesse

    La priorité numéro un pour le Seigneur je le rappelle, c'est le corps de Christ.
    Et chaque membre en Christ à la même valeur et possède le même intérêt. 
    Le pied est-il plus important que la main?
    Mais attention, l'aide financière et matérielle n'est pas forcément pour le membre qui en éprouve le désir le plus fort. C'est pour celui qui en a réellement besoin.

    Alors comment savoir?


    Ce n'est donc pas l'affaire d'un seul homme, d'un dirigent ou d'un pasteur, mais bien le rôle d'un groupe de dirigeants, d'un groupe d'anciens, qui décident ensemble de cette répartition et des priorités.

    Car il faut de la sagesse pour définir ceux qui sont dans un besoin réel, les aidant à devenir autonome et ceux préférant l'aide, mais se confortant dans l'assistanat.

    L'offrande doit servir avant tout à rendre des disciples comme Paul, à charge de personne.
    Des disciples qui sont dans la joie lorsqu'ils sont dans la disette comme dans l'abondance. 

    Des disciples qui ne porteront pas de jugement sur les dons qu'ils donnent ou qu'ils reçoivent des uns ou des autres.

    L'apôtre Paul connaissait cela et recevoir des dons des autres assemblées ne lui posait aucun problème.

    Celles qui pouvaient donner, donnaient, les autres non et alors? Où est le problème?

    Sans doute dans ceux qui y voyaient une injustice et qui auraient préféré une loi, une obligation, un devoir religieux. Mais là aussi leur cœur trop dur peut-il voir la générosité et la bienveillance des disciples accomplis?

    NOUS AVONS ÉTÉ CHOISIS, MÊME VOUS QUI M'ENTENDEZ SUR LE NET, POUR RÉTABLIR CE MATIN LA VERTU ET LA FORCE DU DEUXIÈME ETRE VIVANT:
    LA COMMUNION FRATERNELLE.
    Que le nom du Seigneur soit béni.
    Lisez Job:24:1-4 (c'est le verset que j'ai reçu juste avant de prêcher; une confirmation de plus)

     

    « L'ADORATION A MARIELA BIBLE SE CONTREDIT-ELLE ? »
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :