• LA HIERARCHIE DES DIEUx

     

    Il existe un Dieu unique, mais aussi des dieux multipes.

    Un  Dieu permanent, des dieux temporarires.

     

    PREMIER DIEU (Eternellement):LE DIEU DES DIEUX

    IL existe quelque part selon les saintes écritures Dieu, l’être au dessus  de tout être.Un être  que personne n’a jamais vu.Cacher quelque part.

    Jean 1 :18 Personne n’a jamais vu Dieu ; Le Fils unique , qui est dans le sein du père, est celui qui l’a fait connaitre

    Lire Jean 4 :12

    Luc 10 :29 Mon père est plus grand que Tous

     

    LES hébreux disent , il existe ELOHIM (Dieu SUPREME), ou YHWH, et des Elohims (des dieux).

    Il n’y a qu’un seul Dieu 1Cor 8 :4 et 6

    Il n’y a  qu’un seul Dieu rt Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous.Ephésien 4 :6

    Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme,

     

     

    DEUXIEME DIEU (Eternellement):YESHUA HA MASHIAH

    Selon les versets préccédents ce dieu est celui qui a vu LE PERE.

    Mais est clairement unie étraoitement à lui en étant parfaitement en dessous de lui. Lire Yod13.

    Avant de donner ces différents attibuts ,sachons que Jean 14 :28 Mon Père est plus grand que moi.

    Encore il est écrit dans colossiens 15 :27 Dieu , en effet , a tout mis sous ses pieds .Mais lorsqu’il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté.

    Le Fils est nommé :

    -Créateur de Tout et de Tous Colossiens1 :16* (…) Tout a été créé par lui et pour lui.

    -Admirable

    -Conseiller

    -Dieu puissant ( en dessouus de YHWH)

    -Père éternel

    -Prince de la paix.(Esaie 9 :6)

    -Le sauveur du monde (Jean4 :42 1Tim4 :10)

    Etc.

     

    TROISIEME DIEU (Temporaire) MOISE

    Eh oui  Moise fut Dieu mais pour qui reigna t-il ? Et pourquoi fut-il nommé ?

    Exode 7 :1 L’Eternel dit à Moise :Vois, je te fais DIEU pour Pharaon :et Aoron, ton frère ;sera ton prophère.

    Lire les début du chapitre .Mais sachez que c’est pour sa gloire que Dieu fait toute chose.

     

    Quatrième dieu : les hommes

    LE FILS ne dit-il pas Jean 10 :34 Jésus leur répondit : N’est-il pas écrit dans votre loi : J’ai dit vous êtes des dieux ?

    Les hommes créé à l’image du Père selon la Génèse à aussi cet attribut.

    Mais comprenons que l’image ne peut remplacer l’origionalité ni l’y soustraire.

    Un homme ne peut-être YHWH.Un homme ne peut prendre la place de DIEU YHWH

     

    Cinquième dieu : Satan

    Le Prince de ce monde Jean 12 :31 et 16 :11 

    L’imitateur des imitatateurs.

    Faussaire des faussaires.

    Imite Dieu :2Thessaloniciens2 :4 

    Imite Christ : Mathieu 24 :24 

    Imite les saints anges :2 Cor 11 :14  

    Imite même un parent déccédé .C’est pourquoi pour éviter d’être tromper Dieu veut que nous ne pratiquions pas le culte des morts.NECROMANTIE !

     

    Satan fait toutes ces choses pour accomplire parfaitememnt sa mission. Apoc12 :12 (…) Malheur à la terre et à la mer ! car le diable est descendu vers vous,animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps. 

     

     

    Sixième dIEU : Les démons

     

    Ils ont tous la même mission que satan, faire perdre les hommes.

    Les versets plus haut l’illustre dans tout le chapitre.

    -Le démon Astarté Esaie 27 :9 

    -Le démon baal Osée 11 :2

    -Bélliale,Baphomet (le dieu des franc-maçons) etc.

    Chacun d’eux à une spécialité et est maitre de son art dans la perte des âmes.C’est un coktail mortellement inévitable pour ceux qui ne vivent pas par la foi, au mépris du monde qui passe, en idolatrant la chair et ses convoitises.

    Il s’agit du Sexe (dépravation) +L’Argent (L’Amour de l’argent)+Le Pouvoir( sous toutes ces formes) et les désirs pernicieux.

     

    NB : J’ai écrit YHWH, et CHRIST seul en Grand « D » avec Moise , parce qu’il est bien marqué dans les textes présentés ci-dessus.Les autres sont marqués avec petit « d ».

    Lorsque le « d »  cest à dire l’homme s’unit par Christ qui est lui-même  « D »par son lien avec le PADRE» il devient Lui aussi « D ».

    D’où la position de Moise en « D ».

    Puis aujourd’hui, tous ceux qui crois au FILS UNIQUE DE DIEU en « D ».

     

     

    Lorsque vous prier rapellez-vous desormais de cet enseignement.YHWH est plus grand que tous et il est notre Père.ALLELUIJAHHH

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Mes bienaimés dans le seigneur demeurez bénis.

    Je continue d’exhorter sur la corruption par la vue.

    Notre vue ne doit guère être pour nous une cause de chute, et nos désirs causes de déchéance.

    Laissons-nous éclairer par la LUMIERE de la PAROLE et de la FOI EN YESHUA.

    Luc 11:36 

    Si donc tout ton corps est éclairé, n'ayant aucune partie dans les ténèbres, il sera entièrement éclairé, comme lorsque la lampe t'éclaire de sa lumière.

     

    Bienaimés vous être libre de "pensez ce que vous voulez", mais je crois que le désespoir ne doit pas remplir votre cœur au point de vous laissez aveugler.

    Cessez d’errer comme des enfants sans PERE, dans des lieux horribles que je vais exposer ci-dessous.

    Ne croyez-vous pas que le seigneur peut vous donner une bonne femme ou un bon mari, lui qui vous a donné la santé et la vie ? Mieux la vie éternelle ?

    Moi je crois, et vous ? --> Tout est une question de foi

    Je suis moi-même célibataire. Mais dois-je aller jusque là pour trouver la perle rare c'est-à-dire, une femme qui a véritablement la crainte du seigneur (et non pas Blanche neige ou Cendrions)? Absolument pas !

     

    Site 1 Abominable : http://www.lacroixettoi.fr/ 

     

    Sites "chrétiens" de rencontre amoureuse

    Page d’accueil :

    mariage

    Nous sommes heureux de vous accueillir sur notre site de

    rencontres chrétiennes et de mariage chrétien 

    France, Suisse, Belgique et le Canada 

      

    Plus de 25000 célibataires vous attendent 

    Un site de rencontre chrétien gratuit 

    Vous y trouverez également un chat chrétien. 

    sorite

    Afin de vous permettre de faire un beau mariage chrétien. 

     Venez découvrir le nouveau service 

     Sortir entre chrétiens (solos & duos) 

     Venez proposer vos sorties et sortez entre chrétiens 

     Inscrivez-vous 

      Et rencontrez l'Amour vrai en toute simplicité 

    Ou de vraies amitiés avec des chrétiens 

     

    è Bienaimés, voyez-vous 25  000 chrétiens célibataires sont dans ce piège satanique.

    Il est même mentionner : sortir entre chrétien, chat chrétien etc.

    Proverbes 31:30 

    La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine; La femme qui craint l'Éternel est celle qui sera louée.

     

    Cependant comment trouver celle qui craint l’éternel, est-ce par le web ?

    Est-ce que le mot chrétien est une excuse pour accomplir le mal.

    Vous me direz quel mal !

    Allez-y voir les ‘’chat’’ dit chrétiens, ce sont de véritables impudiques.

    Mais puisqu’on est sur un site chrétien, alors YHWH excuse l’impudicité chrétienne.

    Proverbes 8:13 

    La crainte de l'Éternel, c'est la haine du mal; L'arrogance et l'orgueil, la voie du mal, Et la bouche perverse, voilà ce que je hais.

     

           àFaites un tour dans la galerie photo, vous verrez l’impensable !

     

    (J’essaierai de m’inscrire pour vous en exposer quelques-unes !)

    Site 2 : Abominable : http://www.theotokos.fr 

     

    Sites "chrétiens" de rencontre amoureuse

    Bienaimés pour s’inscrire lisons les étapes charnel de choix :

    1. Situation

    2. Apparence

    3. Style de vie

    4. Compétence annonce

    5. Photos

     

    Jusqu’au bout de l’inscription, il est mentionné les choix de paiement (le site est payant)  35 ,25 ou 12 Euro

    J’ai découvert à la fin que le site est catholique. Celà ne m’étonne pas d’eux.

    Bienaimés prions, le seigneur nous donnera gratuitement une belle âme sœur. De plus cet argent aidera à coup sûr la veuve et l’orpheline.

    Certains meurs de faim à cause d’1Euro, pourquoi donc gaspiller pour des futilités.

    Ne faites pas des choix qui vous couterons une vie « merdique » avec votre conjoint.

    NB : Je m’y suis inscrit pour voire jusqu’où irait ce site abominable. Désormais que Nul ne m’envoie un message du genre. 

     

    Site 3 : Abominable : http://www.mariage-chretien.com/ 

     

    Sites "chrétiens" de rencontre amoureuse

    Page d’acceuil :

    Vous avez envie de rencontrer des gens bien, de fonder une famille et de partager vos valeurs.

    Vous avez le projet de construire une relation durable fondée sur un amour sincère et réciproque, et de vous épanouir au sein de votre couple. 

    Nos services sont fait pour vous ! 

    Nous vous invitons à les découvrir, et à vous inscrire en cliquant sur le bouton ci-dessous.

     

    Bienaimés, je me suis surpris entrain de rire et de pleurer de l’incrédulité des Hommes.

    Les propos en rouge doivent être éclaircis par la parole de YHWH, on aurait dit une annonce publicitaire (s’en est une).

    Bienaimés une relation durable est basée sur un seul élément : LA CRAINTE DE L’ETERNEL et non pas sur un service d’homme.

    Proverbes 14:26 

    Celui qui craint l'Éternel possède un appui ferme, Et ses enfants ont un refuge auprès de lui.

     

    Le deuxième propos est assez amusant (je paraphrase) : Pour changer votre vie par le service d’homme dans une relation durable, cliquer sur un bouton.

    Eh oui le dieu internet est capable de vous trouver une âme sœur.

     

    Mot de fin : Bienaimés en ce qui nous concerne, nous qui avons choisi de donner notre corps  en sacrifice vivant au seigneur Yeshua, je vous exhorte de ne point vous affoler, mais de demeurer ferme.

    Ferme dans la foi .  

    La justice des homme n'est  que vanité . Préférons la justice de Dieu. 

     

    A méditer : Jacques 4 ! 

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    2 commentaires
  • Mes bienaimés dans le seigneur MASHIAH, soyez bénis.

    Dans cette partie du blog, nous nous évertuerons de ‘’creuser’’ dans les sujets déjà développés pour l’éclaircissement de tous.

    Pour ce faire, les commentaires même « choquants »  et vos articles envoyés sur dabocyrus225@yahoo.fr sont les bienvenus car,

    Jacques 3:2 

    Nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu'un ne bronche point en paroles, c'est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride.

     

    En d’autre terme que celui ou celle qui n’a rien à dire se taise.

    ***

    LA femme ou l’homme parfait (e)

    Bienaimés, ne vous laissez pas séduire car, nous sommes à la dernière heure, le MASHIAH arrive.

    Que le mariage ne soit pas pour vous source de tourment quoique vous brûliez de désir.

    Je suis moi-même célibataire, et je sais de quoi je parle.

    Si le désir du mariage surpasse, la quête du royaume vous êtes perdu assurément.

    Fuyez donc les sites de rencontres comme la peste, car vous le savez bien, satan se déguise en ange de lumière.

    J’ai vu un jour, un site de drague chrétien, de poème d’amour chrétien, et bien d’autres abominations du genre, tel que les photos sexy chrétiens etc.

    Bienaimés, si vous désirez quelque chose ne sortez pas hors de l’enclos de peur que le loup ou la louve ne vous dévore !

    Jean 15:7 

    Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.

     

    Pour que le Seigneur vous exhausse, il faut que ses paroles demeures en vous, ainsi la prophétie s’accomplira certainement.

    Sachez que YHWH voit tout. Si ses paroles ne demeurent pas en vous vous serez vomi par lui.

     

    Vous le savez fort bien, le juste vivra uniquement par la foi ! (habacuc2 :4, Romain 1 :17)

     

    Nous souhaitons tous avoir une bonne femme ou un bon mari mais qui fait violence sur lui-même de vivre par la foi ?

    Celui qui réussira, sera comblé dans cette vie et dans celle du royaume des cieux.

    Je vais opposer en image et en parole les qualités d’une femme pieuse ou impudique.

     

    1.     La femme pieuse est soumise, en tout point à son mari .Elle n’a aucun pouvoir de décision face à lui. Elle est pour lui une aide. Elle propose, il dispose.

    Il en est de même pour MASHIAH et son église. L’église propose MASHIAH dispose.

     

    -->Elle doit lui obéir

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

    -->Elle ne doit guère s'opposer à lui jusqu'à la chicotte

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

    Éphésiens 5:24 

    Or, de même que l'Église est soumise à MASHIAH, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses.

     

    2.     La femme doit couvrir son paysage de telle manière qu’on ne voit pas ses mystères cachées que seul son mari est habillé à explorer ! 

    C’est pour quoi sa décence doit être excellente. 

      

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)...

    Contrairement aux femmes du monde:

     

    --> femmes du monde dit ''homme de dieu''

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

     

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)...

    -->femmes du monde dites modèles.

    (Désolé pour ces images.Mais ce sont elles que certains laissent leur enfants aimées.Observer l'habillement des poupées de vos filles)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

     

     

    -->Satan attaque vos enfants dès le bas-âge.Observez l'habillement de ces poupées

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

     Le modèle de la femme pieuse est double.

    La femme doit être pieuse de l'intérieur et de l'extérieur.

    Vous comprenez qu'il ne sert à rien d'être pieux et dévêtu ou l'inverse.

    On reconnait un arbre à ses fruits.

    Femmes exercez - vous à la piété, ainsi vous aurez de merveilleux mari en MASHIAH.

    Ceux-ci attendent vos fruits , ainsi ils n'auront point peur d'obéir à YHWH en vous aimant et vous épousant.

    Car, il a été donné à l'homme d'aimer sa femme , et à cette dernière de lui être soumise.(Ephésien 5)

     

          3.L'homme doit impérativement bien se vêtir

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

     

    --> Il ne doit pas imiter les paiens

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

                          4.Le tatouage est interdit:

    Lévitique 19 :28

            Ne vous faites pas d'entailles sur le corps en signe de deuil; ne déssinez pas de tatouages sur votre peau.Je (Elohim) suis l'Eternel.

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

    Les sens trompeurs-La Vue (1)

     

     

     

     

    Mes Bienaimés travaillons à notre salut !

    Délaissons les oeuvres mortes de ce monde éphémères.

    Je nous souhaites d'avoir une belle âme soeur remplit de la crainte du seigneur 

    SHALOM

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    2 commentaires
  • L’Ouïe

    Mes bienaimés demeurez bénis !

    àAujourd’hui nous parlerons d'un des plans de satan pour notre destruction et comment l’éviter ?

    Satan est un être spirituel qui est sans cesse en colère. Sa colère est immense et constante contre chacun de nous !

    La cause, la voici :

    Jean 3:16 

    Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.

     

    Voyez-vous ? La seule cause de sa colère est que YHWH nous aime !

    Il est donc descendu pour anéantir le maximum d’humain :

    Apocalypse 12:12 

    C'est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux. Malheur à la terre et à la mer! car le diable est descendu vers vousanimé d'une grande colère, sachant qu'il a peu de temps.

     

     

    L’une de ces stratégies majeures est la musique !

     

    Avant de continuer regardez cette vidéo !

     

     

    Nous avons été programmé à :

    -mentir

    -voler

    -tuer

    -A nous éloigner de YHWH

    -Ne pas croire en YHWH

    -Haïr

    -Aimer le monde, la débauche et les stars !

    -Mépriser le Fils de Elohim

     

    Par le biais des médias et de la musique !

     

    Frères si le diable a été imagé par un lion, connaissez-vous la stratégie du lion ?

    -Dabord sélectionner sa proie

    -Ensuite paniquer le troupeau

    -Et,isolé sa proie

     

    -Enfin,LA dévorer tranquillement

     

     Dans notre situation actuelle, la stratégie est la suivante :

    1-Nous sommes tous sélectionnés

    2-Souvent perturber par les problèmes de ce monde éphémère

    3-Isolés par les mensonges des médias, l’intoxication de la musique et le fouet des religions meurtrières

    4-Finalement plus de temps de chercher YHWH, de le louer et de le prier ! Tous cours vers la vanité : Guide religieux, politicien, artistes…mêmes les jeunes enfants ! 

     

    -->A cet effet, Dommage que les hommes de ce siècle courent après la vanité, tels des animaux pour leur pitance !

    Ils fabriquent des guerres, juste pour s’enrichir du pétrole, de l’or et des minéraux précieux. Oh quelle vanité !

     

     

    Nous sommes sans relâche bombardés par des programmes télévisés inutiles et destructeurs !

    Les médias nous manipulent pour nous éloigner de YHWH!

    1.

    2.

     

    Frères que votre cœur s’éloigne de la toxine des médias le plus possible, car, il est impossible de s’en défaire totalement !

    Que votre cœur s’éloigne de la musique inique, car ce que vous fuyez (en adoration) la musique vous le fait avaler aisément !

    Certains sont surpris de chanter des chants qu’ils détestent parce qu’ils l’écoutent assez souvent !

     

    Des musiques qui vénèrent satan ! STOP

     

    La seule solution pour éviter d’être intoxiqué, et de se perdre est :

    1.    De croire en Yeshua et sa parole :

    Marc 16:15-17

    15 Puis il (Yeshua) leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.

    16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.

     

    2.    La seule solution :

    Jean 10:9 

    Je (YESHUA) suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.

     

     

    L’apôtre paul et Silas déclarent :

     

     

    Actes 16:30-32

    30 il les fit sortir, et dit: Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé? 

    31 Paul et Silas répondirent: Crois au Seigneur Yeshua, et tu seras sauvé, toi et ta famille. 

    32 Et ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu'à tous ceux qui étaient dans sa maison.

     

     

    1. Garder les commandements de YHWH dans son cœur :

     

    Jean 14:21 

    Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, je l'aimerai, et je me ferai connaître à lui.

     

     

    4. Mettre en pratique les commandements :

    Jean 13:17 

    Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez.

     

    Frères, méditer la parole jour et nuit afin de préserver votre être du mal !

     

    N’écouter plus n’importe quoi, vôtre âme peut en prendre des coups !

    Méditer la parole jour et nuit et louer Yah !

    karada

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • LA VUE :

    La vue

     

    Mes bienaimés dans le Seigneur Yeshua, demeurer bénis !

     

    Elohim était, est et sera toujours supérieur à l’homme

     

    Depuis l’époque d’Adam et Eve, l’homme  a toujours  commis l’erreur de vouloir devenir ELOHIM.

    Rappelons que tels fit la motivation des premiers hommes, motivé par le prince de la ruse (Genèse 13)

    Tel est aujourd’hui l’erreur des hommes aveugles, qui « donnent » des ordres à Elohim dans leur prière.

    Ils disent aujourd’hui est le jour de ma mon mariage, de mon emploi, de ma guérison…

    Bienaimés, il ne s’agit pas là de foi mais de folie.

    Sachez que la frontière entre la foi et la folie est très mince.

    Jamais l’homme n’effleurera le niveau de Elohim. Jamais !

    Il dit de lui-même : Ésaïe 55:9

     

    Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.

     

    Les Yeux, vitrines de l’âme.

    Si  un homme est méchant ou bon, ses yeux traduisent ce qu’il voit.

    En réalité, ce n’est pas ce qui sort de l’homme qui le souille mais ce qui entre.

    Un homme qui peut faire le mal et qui s’en écarte, à en lui-même la force du Seigneur pour éviter le mal.

    Mais celui qui s’attarde sur les détails pour rendre le mal par le mal, est un démon. Ce sont en général des personnes rancunières, vide d’amour, plein de reproche et de jugement, prompt à péché.

     

    En effet, le méchant se trouve toutes sortes d’excuses pour faire le mal, mais le juste en trouve toujours de bonnes pour accomplir la volonté de Elohim Psaume 10 :2-13

    Cependant,Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injures ; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction .

     

    Bienaimés nous hériterons de ce que nous donnons, si nous donnons l’Amour, nous hériterons de l’amour .Si nous donnons la haine, nous hériterons de la haine dans la géhenne.

     

    Bienaimés, ce n’est pas en vain que nous avons d’emblé commencé a traité les sujets sur la pensée.

    Car, les écritures déclarent, garde ton cœur (tes pensées) plus que toutes autres choses car de lui vienne les sources de la vie (ou de la mort).

    Et, sachez que celui qui ferme les yeux pour se livrer à des pensées perverses, celui qui se mord les lèvres, à déjà consommé le malProverbe 16 :30

     

    Comment faire le bien ?

    Le mal est inclus dans la chair de l’homme. Elle fait partie de la nature humaine.

    Voyez comment il est plus facile de faire le mal que de faire le bien ?

    Cependant, l’homme n’est pas composé que de chair.

    Mais du corps de l’âme et de  l’Esprit.

    Notre frère Paul, exprime la lutte acharnée qu’il constata dans sa propre chair et comment la vaincre. Romain 12

    Le psalmiste révèle en Psaume 119 :37, que pour être juste, il faut s’appuyer sur l’Eternel.

    Il y a aucune force en l’homme qui peut le pousser à faire le Bien, si ce n’est YHWH lui-même.

    Donc, tournons nos cœurs vers ses paroles et son Trône.

     

    Leurs yeux s’ouvrirent…

    A ce stade de notre développement, nous allons nous intéresser aux deux types d’yeux.

    Notre âme et notre corps, ont pratiquement les mêmes composantes : tête, tronc et les membres.

    Bienaimés, si les yeux de votre âme sont fermés, alors vous êtes dans les ténèbres les plus obscurs.

    Les yeux de l’âme se ferment toutefois que l’homme désobéi à Elohim.

     

    Exemple : La haine 

    Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux (yeux de l’âme).

     

    A contrario, les yeux de l’âme peuvent être ouverts (obéissance) mais, la personne est aveugle dans la chair.

    Exemple : Mathieu 9 :28

    Lorsqu’il fut arrivé à la maison, les aveugles (de chair)  s’approchèrent de lui, et Yeshua leur dit : Croyez-vous que je puisse faire cela ? Oui, Seigneur, lui-répondirent-ils (Leur Yeux sont ouverts par la foi).

    Alors il leur toucha leurs yeux, en disant : Qu’il vous soit fait selon votre foi.

     

    Ce titre n’est pas fortuit. Sachez-le mes bienaimés, Satan est un lâche.

    Il a la même façon de procéder qui est :

    -faire douteràLes yeux de l’âme se ferme

    -installer la ruse ou le mensonge

    -faire passer le mal pour le bien et vice-versa

    -une fois condamné par Elohim àLes yeux de l’âme s’ouvre

    Là, vous êtes seul devant les faits.

     

    Exemple :

    1. Satan ferme les yeux (âme) d’Adam et Eve par la ruse. Genèse3 :1-6

    2. Une fois le péché consommé, leurs yeux s’ouvrent. Car, ils se voyaient tel qu’ils étaient. Genèse 3 :7

    Tous (à part Yeshua-homme), nous sommes passé par les deux étapes, c'est-à-dire nous étions d’abord aveugles puis la lumière est venue jusqu’à nous !

     

    Auteur(s)

    Temps d’aveuglement

    Temps de libération

    Adam et Eve

    Genèse3 :1-6

    Genèse3 :6-19

    Paul

    Actes9 :1-8

    Acte9 :18-

    Tous les chrétiens

    indéterminés

    Romain6 :18

     

    Bienaimés sur les yeux de notre âme sont ouverts, éloignons-bous de ce que les yeux de notre chair peut nous souiller par les films, images, ou pensées :

    -Horreur

    -pornographie

    -Manipulation par les marionnettistes

    -sexe, "bizoutage" etc.

    En réalité, ce n’est pas ce qui sort de l’homme qui le souille mais ce qui entre. 

    Telle une sentinelle, je vous mets en garde de vous tenir prêt au retour du MASHIAH.

     

    Ce n'est pas parce que cet homme est pape qu'il est saint !

    La vue

     

     

    Ce n'est pas parce que cet homme semblait juste, qu'il l'était ! 

    La vue

    La vue

     

    Ce n'est pas parce que cet homme vient en aide à l'Afrique qu'il n'en est pas son bourreau !

    La vue

    Ce n'est pas parce que cette statut fait des miracles, qu'elle est agrée par YHWH!

    La vue

    Ce n'est pas parce que Noel est un jour de fête populaire, que les chrétiens doivent l'honorer !

     

    La vue

    ...Et si toute votre existence était basée sur le mensonge? Et si toute votre vie était un effet d'optique ?

     

    SHALOm

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Mes bienaimés dans le seigneur Yeshua, demeurez bénis !

    Je bénis YHWH de m’avoir rendu imparfait car, ce n’est pas en vain que le créateur  a fait de nous des êtres incomplets.

    Je pense qu’il a agit ainsi, afin que nous puissions totalement nous reposer sur lui et compter sur lui seul.

    Jamais sur nous-mêmes ou sur le diable ou sur une autre créature ou divinité.

    Il est alors important de souligner que le pouvoir de discerner le bien du mal est un piège en soi. Adam et Eve en ont fait les frais, ainsi que tous les HOMMES.

    Le libre arbitre n’est pas de Elohim mais de Satan.

    Je cite la philosophie du célèbre sataniste Alexter crowley : Faites ce que vous voulez. En d’autres termes, Vous êtes libre de succomber à vos désirs les plus inavouables soit-ils pervers ou démoniaques ou les deux. (Pourtant il est écrit Romain 8 : 27, l’affection de la chair est inimitié contre YHWH)

    La conscience

    Le libre arbitre nous fait croire que nous avons la capacité de changer notre destin. Véritable abomination communément cité par les évangélistes de la prospérité telle qu’Yvan Castanou, Karambiri, Mohamed  Sanogo , Duncan William etc.

    Il est claire que nous n’allons pas nous élargir sur le libre arbitre, revenons donc à notre sujet :LA CONSCIENCE.

     

    Qu’est ce que la conscience ?

    La conscience est sans doute le moi intérieur pur et saint. Elle peut-être vue de deux façons, selon les écritures.

     1. C’est un témoin de Elohim en nous. Romain 9 :1 ;2Corinthien1 :12

    2. C’est aussi un bon conseiller selon Elohim. 1 Corinthien 8 et 10

    En un mot, notre conscience est l’œil et la voix de Elohim en nous.

     

    Combien de types de conscience ?

    Il existe autan de types de consciences (philosophiques) que d’êtres humains sur terre, c’est-à-dire sept milliards.

    Nous n’allons pas philosopher et décortiquer les pensées des autres.

    Mais nous souhaitons uniquement demeurer dans les types de conscience développées dans les écritures : Elohim en nous.

     

    Qui hérite de la conscience ?

     

    Parmi toutes les créatures de YHWH seul l’homme à le pouvoir de la conscience.

    La conscience étant l’Esprit de YHWH en nous, en d’autres termes son souffle.

    Tout homme sur terre est doté de cette conscience, même lobotomisé.

    C’est pourquoi tout homme sur terre sera jugé, selon sa conscience par la Parole de Elohim.

    Les hommes donc n’ont aucune excuse, qu’il ai connu l’Evangile ou pas. Mais nous notons que terrible sera le jugement de ceux qui ont connu l’Evangile Vrai de MASHIAH et l’ont rejeté.

    Romain 2 

    NB : Lorsque je parle de souffle ici, je ne parle en aucun cas du ROUAH HAKODESH ou Esprit Saint mais du souffle reçu en Genèse, qui permet à l’homme d’être animé.

     

    Quels sont les effets de la conscience ?

     

    1.     La conscience condamne les mauvaises actions ou pensées prises par l’homme.

     

    Exemple  1: Les juifs voulant exécuter une femme adultérine ont été accusés par leur conscience et l’ont laissé. Jean 8 :1-9

     

    Exemple  2 : Tous les hommes sur terre qui souille leurs corps, et qui renient ELOHIM sont coupables de mort. Romain 1

     

    Etc.

     

    2.     La conscience rassure d’être sur le droit chemin de MASHIAH

     

    Exemple : Paul s’efforça toujours d’avoir une conscience sans reproche.

     

    Acte 23 :1

    Acte 24 :16

    Romain9 :1

    Romain13 :5

     

    3.     La conscience de l’Homme faible dans la foi le fait tanguer ça et là. Mais il doit tenir bon en MASHIAH.

     

    1corinthien 8 et 10

     

    Quel est l’impact de la perte de la bonne conscience ?

     

    Il est plus que primordiale que de souligner que la perte de la bonne conscience conduit à la ruine éternelle. Paul nous met en garde contre ceux qui assassine leur conscience par l’exercice du mal (meurtre, mensonge, dérives du sexe etc.)

    1 Timothée 1 

    L’exemple de Hyménée et Alexandre y est souligné, tant ils ont blasphémer.

     

    La conscience

    La conscience peut-elle être « lavée » ?

    La mauvaise conscience c'est-à-dire celle qui nous accuse des erreurs passées, peut être totalement nettoyée, blanchit par le sang de MASHIAH, à jamais.

    Hébreux 9 (v 14)

    Hébreux 10

     

     

    Connaitre par la conscience !

     

    Connaitre quelqu’un par la conscience c’est le connaitre vraiment, c’est à dire en esprit et en vérité.

    2 corinthien 4 :2 ; 5 :11

     

    La conscience marquée au fer rouge !

     

    Malheureusement la conscience de certains hommes  est maudite. Inutile de leur prêcher l’Evangile ou de leur parler du bien. Ils ont en eux-mêmes le sceau de la damnation.

    1 Timothée 4 :1-3

    Tite 1 :15

     

    La conscience

    NB : 

    Le baptême est l’engagement d’une bonne conscience1 Pierre 2 :19

    La déduction inintelligente que celui qui ne se fait pas baptisé est condamné est erronée et méchante.

    Nous sommes sauvées par le moyen de la foi et selon l’infinie MISERICORDRE de YHWH point final.

    Le larron à côté du Seigneur a été sauvé par la foi en MASHIAH.

    Il est bien dommage que l’esprit limité des hommes contraigne les frères et sœurs à la mauvaise conscience.

    Si bien que bon nombre se baptise ayant encore le mal dans leurs cœurs.

    Jamais né de nouveau, avec pour manteau l’homme ancien sur leurs épaules, ces hommes et femmes pensent échapper à la colère de Elohim tout simplement parce qu’ils ont été plongé dans de l’eau.

    Bienaimés, pensez-vous que Elohim est dupe ?

    Repentez-vous et sortez du milieu de la Babylone (Toues les Religions et le MAL)

    àJe ne viens pas ouvrir un débat ici un débat sur la nécessité du baptême. Mais plutôt j’exhorte les uns et les autres de se revêtir de l’Homme nouveau, auquel cas le baptême est nul.

    àJe connais en Côte d’Ivoire, deux jeunes baptisés qui on pratiqué la pornographie la veille de leur baptême.

    Les jours d’après, ils ont rangé leur vie, en ayant chacun un copain et une copine avec qui, ils ont des relations sexuelles quotidiennement.

    Malheur à eux !

    Ces gens-là ont changé dans leur conscience le bien en mal et le mal en bien. Romain 1 :18

    Ils sont une honte dans le corps du Seigneur, encore une fois : Malheur à eux !

    Si vous êtes dans ce cas, repentez-vous à l’instant !

     

    Je termine sur ce merveilleux verset Hébreux 10 :22

     

    Hébreux 10:22

    La Bible du Semeur (BDS)

    22 Approchons-nous donc de Dieu avec un cœur droit, avec la pleine assurance que donne la foi, le cœur purifié de toute mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure.

     

    Le sujet de la conscience est si vaste qu’il serait prétentieux de ma part de prétendre l’avoir bouclé. Cependant, je souligne un fait, gardons une conscience pure, vase qui maintient notre foi irréprochable devant YHWH et devant les hommes.

     

     

    Demeurons saint, car YHWH l’est ! SHALOM

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Le subconscient

     

    Mes bienaimés en MASHIAH,soyez tous bénis.

    Dans cette quête de purification de soi, il est nécessaire de s'intéresser aux différentes zones de notre esprit, et d'en fermer l'accès au diable (Comme le dit les écritures, résistez au diable et il fuira loin de vous).

    La première zone est la plus négliée de tous, mais la plus importante de toutes.

     

    LE SUBCONSCIENT

     

    Le subconscient correspond aux processus psychiques non accessibles au sujet conscient. Ces processus relèvent de l'automatisme (psychologie). Le subconscient provient d'un défaut de synthèse des éléments constitutifs du « champ de la conscience ».

    Le terme a parfois aussi été utilisé dans des théories mystiques ou religieuses, celle de Joseph Murphy par exemple par qui il est vu comme une partie de l'esprit qui agit à la place du sujet

    Comprenez-vous ?

    L’intoxication du subconscient conduit l’homme à être un robot du mal ; habile aux injures, aux meurtres, bref au MAL.

    Le robot ne crois pas à la miséricorde de YHWH, c’est pourquoi JUDAS n’a pas cru à cette miséricorde, ainsi que tous ceux de notre siècle qui ont vendu leur âme au diable.

    Ne laissez-pas votre subconscient et celui de vos enfants pourri par le mal, les séries télévisées, les desseins animés, les films et chansons dit ‘’chrétien’’ mais en réalité ‘’païen’’.

     

    Le subconscient

    Le Malin réussit à avoir 99% des hommes par l’intoxication de leur subconscient dès le bas-âge, sinon depuis le ventre de leur mère.

    ---Nos jeunes filles reçoivent des poupées pour cadeau dès leur bas-âges.

    Quel est le piège ?

    Elles ont devant leurs yeux des sortes de modèles de mannequin, qu’elles imiteront toute leur vie (Poupées BABY).

    Elles ont pour modèles les stars de la télévision, qui ont toutes vendues leur âme au diable.

    Leur habillement ne sera plus selon la parole d’ELOHIM, mais plutôt selon le monde.

    Pire, ce sont les parents eux-mêmes qui encouragent ces abominations.

     

    ---Qu’en est-il du jeune garçon ?

    Il reçoit tout jeune, des poupées d’héros de tout genre.

    Batman , superman ,Spiderman, capitaine American, petit jésus, moyen jésus, grand jésus…

    Quelque soit le formatage, l’enfant est voilé !

    Il voudra acquérir la force physique, apprendre le karaté pour se défendre…

    Sa vie religieuse va se limiter à être enfant de cœur, ou responsable d’un mouvement de prière, sans que jamais sa vie n'ai été transformée.

    Jamais-né de nouveau. L’enfant prêchera MASHIAH qu’on lui a appris sur les bancs de l’école.

    Mais il sentira toujours un vide en lui.(Puisqu'on apprend pas Elohim sur les bancs, d'où la pensée des écoles de baptêmes dites catéchèses,des écoles pastorales,des séminaires... sont des abomination.Lire 1 corinthien 2)

    Il cherchera sa voie, sa paix et là, tout désorienté, il empruntera un chemin qui va le conduire à la drogue, à la débauche, au suicide.

     

    Le subconscient

    Les parents eux, n’ont jamais le temps. Toujours à la quête de l’argent pour construire l’avenir de leur famille, longtemps détruit dès le bas-âge des enfants.

    Cependant puisque les parents n’ont pas une vie de prière et de sanctification dans la méditation des écritures.

    Ils nagent sur les mirages et sur la vanité des ambitions éphémères de ce monde.

    La cellule familiale est détruite. La société est donc en proie au mal.

    En résumé, tout le monde perd, sauf le MALIN.

     

    Bienaimés, ne vous laissez-pas perdre. Soyez  saints.

    Votre subconscient ne doit pas être séduit par la télé, les pensées populaires de tout genre, bref le monde.

    Paul pouvait déclarer à ce sujet en

    ROMAIN 12 : 

    2 /Ne vous conformez-pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de ELOHIM, ce qui est bon, agréable et parfait.

     

    Bienaimés ce n’est pas parce que vous êtes ignorant que vous serai excusez de tout, pardonner par YHWH pour toutes vos erreurs.

    Non, ça ne marche pas comme cela. Lisez Amos 4.

    Dès maintenant prenez soin de vos enfants. Eduquez-les conformément aux écritures, après êtes vous-mêmes né de nouveau.

     

    Solutions pour éviter que votre subconscient soit contrôlé par LE MALIN :

    -         -Regarder le moins possible la télévision

    -         -Ecouter de moins en moins la musique mondaine

    -         -Fuir les pensées populaires

    -         -N’utiliser INTERNET que pour les choses utiles (cause de travail, saine recherche…)

    -         -Fuir les lieux de débauche et les fêtes dites sexy.

    -         -Méditer les écritures jours et nuits

    -         -Ecouter les saines prédications chaque jour

    -         -Jeûner et prier sans cesse Yeshua, pour qu’il vous aide à tenir bon

     

    -         -Appliquer 2 Pierre 1 !!!

    SHALOM

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • L’Origine de la pensée !

    L"origine de l'homme est sa pensée !

     

    Marc 7:21-23

     

    21 Car c'est du dedans, c'est du coeur (la pensée) des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres,

    22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie.

    23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme.

     

    Garde ton cœur (ta pensée) plus que toute autre chose, car de lui vienne la source de la vie.

    Sachez-le mes bienaimés , Avant de sortir à l’extérieur, l’homme est d’abord intérieur. Mais pour savoir qui se cache derrière le voile du corps. Il faut tout simplement regarder aux œuvres. Vous le savez fort bien : on reconnait un arbre par ses fruits. Vous voulez savoir qui vous êtes ? Regardez à vos fruits (vos actions) !

    L"origine de l'homme est sa pensée !

     

    Conseil :

    Il est plus qu’important de se préserver du mal, en vous éloignant :

    -de la télévision

    -du péché

    -de la pensée populaire

    -d’Internet Mais vous êtes en droit de poser une question :

    Que ferons-nous ?

    Quand je dis éloignez vous, je veux dire de faire très attention à TOUT. Car, le diable n’est pas omniscient, mais il est partout. Il est de notre responsabilité de fuir le mal. Jacques 1 :27

    Le MASHIAH déclare :

    Mathieu 7 :21 Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

    Comment faire la volonté si on n’a pas la pensée ? Paul pouvait dire, nous avons la pensée de MASHIAH. Pourtant, lui-même déclare mes chemins ne sont pas vos chemins et mes pensées ne sont pas vos pensées.

    Mais lorsque, vos pensées sont en accord avec celle des écritures, alors vous êtes garanti pour le salut. Si vous n’avez pas la pensée de MASHIAH ; mettez-vous en cause et posez-vous des questions.

    1 Corinthiens 2:16 

    Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l'instruire? Or nous, nous avons la pensée de MASHIAH.

     

    J’exhorte tous de se présenter comme au travers d’un miroir, et de se parfaire. Nous sommes obligés de nous exercer à l'amour et à la sanctification.

    L"origine de l'homme est sa pensée !

    Pensée Philosophique :

    Celui qui s’écarte de la lumière, ne sait pas ce qui l’attend dans les ténèbres. Il s’en est fait une idée simpliste pour mieux les supportées. Mais il ignore que même les ténèbres sont terrorisées par les ténèbres. Accrochez-vous à MASHIAH. Comprendre qui peut comprendre !

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • JESUS CHRIST DE NAZARETH: LE DIEU VERITABLE

    4 juillet 2013, 13:35 

    JESUS CHRIST EST DIEU...............Un SEUL DIEU VERITABLE, manifesté de plusieurs manières........LE PERE, LE FILS et L'ESPRIT=UN SEUL ET MEME DIEU.......JESUS!

    ESAIE 9V5 Car l'enfant nous est né, le Fils nous a été donné, et l'empire a été posé sur son épaule, et on appellera son nom, l'Admirable, le Conseiller, le [Dieu] Fort et puissant, le Père d'éternité, le Prince de paix. 


    PHILIPPIENS 2 V5 Qu'il y ait donc en vous un même sentiment qui a été en Jésus-Christ. 
    6 Lequel étant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une usurpation d'être égal à Dieu. 
    7 Cependant il s'est anéanti lui-même, ayant pris la forme de serviteur, fait à la ressemblance des hommes ; 
    8 Et étant trouvé en figure comme un homme, il s'est abaissé lui-même, et a été obéissant jusques à la mort, à la mort même de la croix. 
    9 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné un Nom, qui est au-dessus de tout Nom ; 
    10 Afin qu'au Nom de Jésus tout genou se ploie, tant de ceux qui sont aux cieux, que de ceux qui sont en la terre, et au-dessous de la terre, 
    11 Et que toute Langue confesse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. 


    COLOSSIEN 1V12 Rendant grâces au Père, qui nous a rendus capables de participer à l'héritage des Saints dans la lumière ; 
    13 Qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres, et nous a transportés au Royaume de son Fils bien-aimé. 
    14 En qui nous avons la rédemption par son sang, [savoir], la rémission des péchés. 
    15 Lequel est l'image de Dieu invisible, le premier-né de toutes les créatures. 
    16 Car par lui ont été créées toutes les choses qui sont aux Cieux et en la terre, les visibles et les invisibles, soit les Trônes, ou les Dominations, ou les Principautés, ou les Puissances, toutes choses ont été créées par lui, et pour lui. 
    17 Et il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent par lui. 
    18 Et c'est lui qui est le Chef du Corps de l'Eglise, et qui est le commencement [et] le premier-né d'entre les morts, afin qu'il tienne le premier rang en toutes choses. 
    19 Car le bon plaisir du Père a été que toute plénitude habitât en lui ; 


    APOCALYPSE 5V1 Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône, un Livre écrit dedans et dehors, scellé de sept sceaux. 
    2 Je vis aussi un Ange [remarquable] par sa force, qui criait à haute voix : qui est-ce qui est digne d'ouvrir le Livre, et d'en délier les sceaux ?
    3 Mais nul ne pouvait ni dans le Ciel, ni sur la terre, ni au-dessous de la terre ouvrir le Livre, ni le regarder. 
    4 Et je pleurais fort, parce que personne n'était trouvé digne d'ouvrir le Livre, ni de le lire, ni de le regarder.
    5 Et un des Anciens me dit : ne pleure point ; voici, le Lion qui est de la Tribu de Juda, la racine de David, a vaincu pour ouvrir le Livre, et pour en délier les sept sceaux. 

    1JEAN 5 V20 Or nous savons que le Fils de Dieu est venu, et il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable ; et nous sommes dans le Véritable, [savoir], en son Fils Jésus-Christ ; il est le vrai Dieu, et la vie éternelle. 


    JEAN 14v8 Philippe lui dit : Seigneur ! montre-nous le Père, et cela nous suffit.
    9 Jésus lui répondit : je suis depuis si longtemps avec vous, et tu ne m'as point connu ? Philippe, celui qui m'a vu, a vu mon Père ; et comment dis-tu : montre-nous le Père ?


    JEAN 14V12 En vérité, en vérité je vous dis, celui qui croit en moi, fera les oeuvres que je fais, et il en fera même de plus grandes que celles-ci, parce que je m'en vais à mon Père.
    13 Et quoi que vous demandiez en mon Nom, je le ferai ; afin que le Père soit glorifié par le Fils.
    14 Si vous demandez en mon Nom quelque chose, je la ferai.
    15 Si vous m'aimez, gardez mes commandements.
    16 Et je prierai le Père, et il vous donnera un autre Consolateur, pour demeurer avec vous éternellement.
    17 [Savoir] l'Esprit de vérité, lequel le monde ne peut point recevoir ; parce qu'il ne le voit point, et qu'il ne le connaît point ; mais vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.
    18 Je ne vous laisserai point orphelins ; je viendrai vers vous.

    JEAN8V54 Jésus répondit : si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien ; mon Père est celui qui me glorifie, celui duquel vous dites qu'il est votre Dieu.
    55 Toutefois vous ne l'avez point connu, mais moi je le connais ; et si je dis que je ne le connais point, je serai menteur, semblable à vous ; mais je le connais, et je garde sa parole.
    56 Abraham votre père a tressailli de joie de voir cette mienne journée ; et il l'a vue, et s'en est réjoui.
    57 Sur cela les Juifs lui dirent : tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham !
    58 [Et] Jésus leur dit : en vérité, en vérité je vous dis, avant qu'Abraham fût, je SUIS.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Oui, vous pouvez rater le ciel à cause de la dîme

    Parmi ceux qui se disent chrétiens, particulièrement chez les « pasteurs », la dîme semble être un sujet qui déchaîne les passions. Quoi de plus normal quand on retire le pain de la bouche de ces derniers, et retire aux autres la seule chose qu’ils ont à donner à Dieu, c’est à dire leur argent plutôt que leur vie ? Quoi de plus rassurant que de pouvoir se réconforter d’avoir accompli son devoir envers Dieu en donnant sa dîme ? Quoi de plus rassurant pour un pasteur que d’être assuré d’un salaire à la fin du mois ? Malheureusement pour les partisans de la pratique de la dîme, qui refusent de se plier à la Vérité, il s’agit d’une doctrine qui les mène en enfer. N’est-ce pas un peu exagéré de dire cela ? Un chrétien aimant Jésus mais pratiquant la dîme pourrait-il vraiment terminer en enfer à cause d’une « simple divergence doctrinale mineure » ? Non, ce n’est pas exagéré car, comme nous allons le voir, la dîme est une doctrine qui touche à notre alliance avec Dieu, à la grâce, et donc au salut manifesté en Jésus-Christ. Cependant, un chrétien aimant Jésus n’ira pas enfer, pour la simple et bonne raison que s’il aime son Seigneur, il lui obéira lorsqu’il entendra sa voix. Dieu ne tient pas compte des temps d’ignorance (Actes 17:30), mais celui qui entend la vérité, la comprend et la refuse, celui-ci se condamne lui-même. Et en vérité, il n’aime certainement pas Dieu, sinon il garderait ses commandements (Jean 14:21).

     « Mes brebis entendent ma voix, et je les connais, et elles me suivent. » Jean 10.27. 

     La dîme une doctrine salutaire ?

    Cette doctrine touche bel et bien au salut de celui qui la pratique, car celui-ci se place sous la malédiction de la loi, de laquelle Christ est venu nous ôter. Paul est très clair à ce sujet :

     « Tenez-vous donc fermes dans la liberté, dont Christ vous a rendus libres, et ne vous remettez pas de nouveau sous le joug de la servitude. Moi, Paul, je vous dis, que si vous vous faites circoncire, Christ ne vous servira de rien. Et je proteste encore à tout homme qui se fait circoncire, qu’il est obligé d’observer toute la loi. Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui vous justifiez par la loi, vous êtes déchus de la grâce. Car, pour nous, nous attendons par l’Esprit l’espérance d’être justifiés par la foi. Car en Jésus-Christ ce qui est efficace ce n’est ni la circoncision, ni l’incirconcision, mais la foi agissant par la charité. » Galates 5:1-6.

    euroLes « dîmistes » aiment à se réfugier derrière Abraham, disant qu’il a pratiqué la dîme avant que la loi ne soit donnée à Moïse, et donc la dîme serait une pratique qui dépasse le cadre de la loi. Ces hommes-là sont sans intelligence, puisse Dieu leur en accorder. La circoncision a été pratiquée par Abraham avant la loi également, et Paul est pourtant très clair à ce sujet : Il s’agit d’une œuvre de la loi, celui qui veut la pratiquer, Christ ne lui servira de rien, il est séparé de Christ et il est déchu de la grâce.

    Il en va donc de même pour celui qui pratique la dîme : Christ ne lui servira de rien le jour du jugement, car il s’est séparé de Christ en lui disant : « Je n’ai pas besoin d’entrer dans ton alliance nouvelle, l’ancienne me convient car je suis capable de la respecter ». Un tel homme est déchu de la grâce, si du moins il y est entré un jour. Il va sans dire que celui qui est séparé de Christ est avec Satan. Celui qui est déchu de la grâce est sous la malédiction, son âme est en proie à l’enfer. L’épître aux Galates est pourtant très instructive et très claire quant à la position des chrétiens vis-à-vis de la loi. À croire que beaucoup ne l’ont jamais lue. Se remettre sous la loi est une séduction de l’ennemi, une malédiction (Galates 3:10). C’est notamment le sujet principal de cette lettre, Paul écrivait aux Galates pour les redresser suite à la propagation d’une fausse doctrine qui visait justement à les faire retourner aux œuvres de loi.

    « O Galates dépourvus de sens ! Qui vous a ensorcelés pour que vous n’obéissiez plus à la vérité ? Vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été vivement dépeint, et comme crucifié en vous ? Je veux savoir de vous cette seule chose : Avez-vous reçu l’Esprit par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? Avez-vous tellement perdu le sens, qu’après avoir commencé par l’Esprit, vous finissiez maintenant par la chair ? Avez-vous tant souffert en vain ? Si toutefois ce n’est qu’en vain ! Celui donc qui vous communique l’Esprit, et qui fait des miracles parmi vous, le fait-il par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? » Galates 3:1-5.

    Il ira même jusqu’à dire que ceux qui annoncent un évangile différent de celui qu’il leur avait annoncé, sont anathèmes, c’est-à-dire maudits. Les prédicateurs de la dîme sont donc maudits, et ceux qui les suivent se placent sous la même malédiction. Ils sont semblables aux scribes et pharisiens desquels Jésus disait qu’ils ferment aux hommes le Royaume des Cieux, n’y entrent pas eux-mêmes et ne laissent pas entrer ceux qui le veulent (Matthieu 23:13).

    Chrétiens, c’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurons donc fermes et ne nous laissons pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. Peu importe les visions et révélations que certains prétendent avoir reçu du Seigneur, pour nous c’est Jésus qui est le fondement de notre foi et nous persévérons dans la doctrine des apôtres. Ce Jésus et cette doctrine nous est révélée dans la Bible. Que celui qui est donc capable de nous donner un passage où les apôtres ont imposé la dîme aux églises se manifeste.

    Il y a encore beaucoup à dire au sujet de la dîme en elle-même, comment elle était véritablement pratiquée par les juifs, combien y avait-il de dîmes, à qui revenaient les différentes dîmes, etc. Et plus généralement au sujet de la loi et de son accomplissement. Ce sera l’objet d’un prochain article.

     

    Nicolas K.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Le chrétien, la dîme et les offrandes: Les bonnes questions à se poser  

    Instrument permettant d’accéder à toutes sortes de convoitises, l’argent déchaine les passions, divise, détruit et dans certains cas, conduit à la mort. On ne compte plus les drames liés à l’argent : suicide suite à la faillite, meurtre d’un proche pour obtenir un héritage, homicide lors d’un braquage ayant mal tourné… Quand on arrive en Christ, on peut espérer que les choses seront différentes, mais les témoignages de personnes victimes de manipulation, racket et dépouillement au sein d’organisations se faisant passer pour l’église de Christ demeurent trop nombreux. Heureusement, cela n’est pas le cas partout, mais il est quand même important pour chacun de se poser les bonnes questions. Comment donner ?  À qui ? Qu’est-ce que le Seigneur attend de nous ? Pour beaucoup, la réponse sera plus qu’évidente  et ils la soutiendront par le verset de Malachie 3 :10: « Apportez à la maison du trésor vos dîmes et vos offrandes ».

    Pression pastorale, menace de malédiction, espérance de bénédiction en retour, témoignage de personnes démontrant comment le paiement de la dîme a révolutionné leurs finances, habitude trop ancrée pour  être remise en question, désir de vouloir obéir et plaire à Dieu… Voilà quelques raisons qui poussent des milliers de croyants à donner – en  plus des offrandes volontaires – le dixième de tous leurs revenus, en ignorant ce que la Bible enseigne réellement au sujet de la dîme.

    La dîme est-elle biblique ? Oui, car elle apparait dans différents passages de la Bible. Cependant, d’autres éléments doivent être pris en considération pour comprendre quelle doit être la position du disciple de la Nouvelle Alliance par rapport à cette pratique. Si la sincérité est une bonne chose, c’est la vérité et la conformité avec la Parole du Seigneur qui priment. Prenons ainsi le temps de nous poser les bonnes questions et trouvons les réponses dans les Saintes Écritures afin de comprendre la pensée de Dieu sur la dîme et plus généralement sur l’argent.

    QUELLE EST LA PREMIÈRE MENTION DE LA DÎME DANS LES ÉCRITURES ?

    La première mention de la dîme peut être trouvée dans Genèse 14 : 17-20 : « Après qu’Abram fut revenu vainqueur de Kedorlaomer et des rois qui étaient avec lui, le roi de Sodome sortit à sa rencontre dans la vallée de Schavé, qui est la vallée du roi. Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. Il bénit Abram, et dit : Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre ! Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains ! Et Abram lui donna la dîme de tout. »

    Dans ce passage, Abram venait tout juste de remporter une bataille contre Kedorlaomer et les rois qui étaient avec lui. Il avait livré ce combat pour délivrer son neveu Lot qui avait été fait captif (Genèse 14: 1-12). Après cette victoire, Abram a rencontré Melchisédec et lui a donné la  dîme des biens qu’il avait gagnés pendant la bataille. Dans cet acte, quatre faits principaux peuvent être notés :

    1. Abram a donné cette dîme volontairement et non suite à une demande explicite de Melchisédec.
    2. Abram a donné la dîme des biens qu’il avait obtenus suite au combat qu’il venait de mener. Cette dîme n’incluait aucunement ses biens personnels.
    3. Abram a donné la dîme à Melchisédec qui est une image de Christ selon Hébreux 7.
    4. Abram n’a pas répété cette action. Il a donné la dîme uniquement à cette occasion spécifique.

     Voici donc les conditions auxquelles doivent se soumettre ceux qui veulent payer la dîme comme Abram.

    LA DÎME ÉTAIT-ELLE UNE PRATIQUE RÉGULIÈRE DES PATRIARCHES ?

    Comme nous venons de le voir, Abram a donné la dîme seulement une fois sur les 175 années de sa vie sur terre.

    Quant à Isaac, les Écritures ne mentionnent aucun récit dans lequel il aurait donné une quelconque dîme.

    La deuxième mention de la dîme se trouve dans Genèse 28. Dans ce passage, Jacob venait de fuir la maison de son père à cause de son frère Esaü, qui voulait le tuer. La nuit même de son départ, Jacob reçut un songe dans lequel Dieu lui disait qu’Il serait toujours avec lui, qu’Il lui donnerait une descendance qu’on ne pourrait pas compter et qu’Il le ramènerait dans le pays qu’il était en train de fuir. Quand il se réveilla, Jacob fit cette promesse à Dieu : « Si Dieu est avec moi et me garde pendant ce voyage que je fais, s’il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir, et si je retourne en paix à la maison de mon père, alors l’Éternel sera mon Dieu; cette pierre, que j’ai dressée pour monument, sera la maison de Dieu; et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras »  (Genèse 28 : 20-22).

    Quand Jacob a quitté la maison de Laban pour retourner dans la terre de son père, il n’a pas accompli sa promesse. En effet, il n’y en a aucune mention dans les Écritures et même s’il l’avait fait, cela aurait été vingt ans après son vœu initial. Le récit de la vie des patriarches nous montre clairement que la dîme n’était pas une pratique régulière pour eux. D’ailleurs, Abraham n’en a pas fait une institution qu’il aurait recommandée spécifiquement à sa descendance comme il l’a fait pour la circoncision.

    QUAND DIEU A-T-IL INSTITUÉ LA DÎME EN TANT QUE LOI ? COMBIEN DE SORTES DE DÎMES LES ISRAÉLITES DONNAIENT-ILS ? À QUELLE FRÉQUENCE SE FAISAIT LE PAIEMENT DES DÎMES ?

     Moïse a reçu les lois qui gouverneraient le peuple d’Israël.  Parmi ces lois, Dieu avait donné des ordres spécifiques concernant les dîmes. Ces recommandations sont détaillées dans Deutéronome 14 :22-29 et Nombres 18 :20-31. Selon ces passages, on peut distinguer différentes sortes de dîmes :

    • La dîme annuelle pour les pèlerinages à Jérusalem expliquée dans Deutéronome 14 :22-26 :

    « Tu lèveras la dîme de tout ce que produira ta semence, de ce que rapportera ton champ chaque année.  Et tu mangeras devant l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira pour y faire résider son nom, la dîme de ton blé, de ton moût et de ton huile, et les premiers-nés de ton gros et de ton menu bétail, afin que tu apprennes à craindre toujours l’Éternel, ton Dieu. Peut-être lorsque l’Éternel, ton Dieu, t’aura béni, le chemin sera-t-il trop long pour que tu puisses transporter ta dîme, à cause de ton éloignement du lieu qu’aura choisi l’Éternel, ton Dieu, pour y faire résider son nom.  Alors, tu échangeras ta dîme contre de l’argent, tu serreras cet argent dans ta main, et tu iras au lieu que l’Éternel, ton Dieu, aura choisi. Là, tu achèteras avec l’argent tout ce que tu désireras, des bœufs, des brebis, du vin et des liqueurs fortes, tout ce qui te fera plaisir, tu mangeras devant l’Éternel, ton Dieu, et tu te réjouiras, toi et ta famille. »

    Selon la loi mosaïque, les Israélites devaient aller à Jérusalem tous les ans et apporter le premier dixième du produit de leurs champs ainsi que le vin nouveau et l’huile, et les premiers-nés de leurs troupeaux. Cette dîme devait être mangée par la personne elle-même devant le Seigneur.

    • La dîme pour le lévite, l’étranger, l’orphelin et la veuve mentionnée dans Deutéronome 14 :27-29 :

    « Tu ne délaisseras point le Lévite qui sera dans tes portes, car il n’a ni part ni héritage avec toi. Au bout de trois ans, tu sortiras toute la dîme de tes produits pendant la troisième année, et tu la déposeras dans tes portes. Alors viendront le Lévite, qui n’a ni part ni héritage avec toi, l’étranger, l’orphelin et la veuve, qui seront dans tes portes, et ils mangeront et se rassasieront, afin que l’Éternel, ton Dieu, te bénisse dans tous les travaux que tu entreprendras de tes mains. »

     Dieu avait demandé au peuple d’Israël de donner un dixième de leur production au lévite, à l’étranger, à l’orphelin et à la veuve. Cette dîme – due tous les trois ans, à la fin de l’année – devait être déposée aux portes afin que les bénéficiaires puissent la collecter.

    •  La dîme à destination du lévite est aussi expliquée dans le passage de Nombres 18 :20-24 :

    « L’Éternel dit à Aaron : Tu ne posséderas rien dans leur pays, et il n’y aura point de part pour toi au milieu d’eux; c’est moi qui suis ta part et ta possession, au milieu des enfants d’Israël. Je donne comme possession aux fils de Lévi toute dîme en Israël, pour le service qu’ils font, le service de la tente d’assignation. Les enfants d’Israël n’approcheront plus de la tente d’assignation, de peur qu’ils ne se chargent d’un péché et qu’ils ne meurent. Les Lévites feront le service de la tente d’assignation, et ils resteront chargés de leurs iniquités. Ils n’auront point de possession au milieu des enfants d’Israël : ce sera une loi perpétuelle parmi vos descendants. Je donne comme possession aux Lévites les dîmes que les enfants d’Israël présenteront à l’Éternel par élévation; c’est pourquoi je dis à leur égard: Ils n’auront point de possession au milieu des enfants d’Israël. »

    Dans ce passage, Dieu dit aux lévites qu’ils n’auraient point d’héritage dans la terre promise, mais que Dieu lui-même serait leur part et leur possession. Ainsi, Il leur a donné les dîmes des enfants d’Israël comme « salaire » du service qu’ils faisaient dans la tente d’assignation.

    • La dîme de la dîme est mentionnée dans Nombres 18 :25-31 :

    « L’Éternel parla à Moïse, et dit : Tu parleras aux Lévites, et tu leur diras : Lorsque vous recevrez des enfants d’Israël la dîme que je vous donne de leur part comme votre possession, vous en prélèverez une offrande pour l’Éternel, une dîme de la dîme; et votre offrande vous sera comptée comme le blé qu’on prélève de l’aire et comme le moût qu’on prélève de la cuve. C’est ainsi que vous prélèverez une offrande pour l’Éternel sur toutes les dîmes que vous recevrez des enfants d’Israël, et vous donnerez au sacrificateur Aaron l’offrande que vous en aurez prélevée pour l’Éternel. Sur tous les dons qui vous seront faits, vous prélèverez toutes les offrandes pour l’Éternel; sur tout ce qu’il y aura de meilleur, vous prélèverez la portion consacrée. Tu leur diras : Quand vous en aurez prélevé le meilleur, la dîme sera comptée aux Lévites comme le revenu de l’aire et comme le revenu de la cuve. Vous la mangerez en un lieu quelconque, vous et votre maison; car c’est votre salaire pour le service que vous faites dans la tente d’assignation. »

    Quand les lévites recevaient les dîmes des enfants d’Israël, ils devaient en prélever un dixième et l’apporter au sacrificateur, c’est ce qu’on appelle communément la dîme de la dîme. Dans Néhémie 10 :38, on nous informe que cette dîme particulière devait être apportée à la maison de Dieu, plus spécifiquement dans les chambres de la maison du trésor.

    Au travers de ces explications, on peut remarquer que les dîmes que Dieu avait commandées à Israël consistaient en produit de la terre et non pas en argent. De plus, le cumul des différentes sortes de dîmes représentait plus de 10% du produit annuel. Les dîmes versées par Israël sont donc très différentes de celles payées aujourd’hui dans les églises.

    À QUI ÉTAIT ADRESSÉ LE VERSET DE MALACHIE 3 :10 SOUVENT CITÉ POUR ENCOURAGER LES CHRÉTIENS À PAYER LA DÎME ?

    « Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. » Malachie 3 :10.

    Les dîmes dont il est question dans ce passage sont liées à la dîme de la dîme qui, selon la loi Moïse, étaient les seules dîmes apportées dans la maison du trésor (voir détails dans la question précédente). Ainsi, ce verset s’adresse particulièrement aux lévites et non à tout le peuple.

    Si on étudie plus en profondeur le livre de Malachie et son contexte, nous pouvons comprendre que les sacrificateurs agissaient mal devant Dieu en disant au peuple : « La table de l’Éternel est méprisable ! » (Malachie 1 :7). Ainsi, des bêtes chétives étaient données en offrande à Dieu et les lévites tout comme le peuple n’étaient pas fidèles dans la pratique de la dîme, ce qui avait attiré la malédiction sur tout Israël (Malachie 3 :9). Dans Malachie 3 :10, le Seigneur invitait simplement les sacrificateurs – appelés à être des modèles en paroles et en action pour le peuple – à être fidèles quant au paiement de la dîme afin qu’Il ouvre les écluses des cieux et les bénisse.

    Est-ce que ce verset de Malachie 3 :10 peut être appliqué aux croyants de la Nouvelle Alliance ?

    NON. Le livre de Malachie concernait la stricte application de la loi de Moïse (Malachie 4 :4). Nous ne sommes plus sous l’Ancienne Alliance, mais sous la Nouvelle Alliance dans la mesure où nous vivons sous le temps de la grâce que Jésus-Christ est venu inaugurer (Jean 1 :17). Aussi, celui qui décide de se soumettre à un seul précepte de la loi de Moïse encourt de sérieux problèmes, le Seigneur ayant déclaré au travers de Paul dans Galates 3 :10 : « Car tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit : Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique ».

    Par conséquent, lorsqu’un prédicateur utilise le verset de Malachie 3 :10 pour pousser les chrétiens à donner le dixième de leurs revenus, il est complètement dans l’erreur. D’ailleurs, sous la Nouvelle Alliance, tous les disciples de Jésus sont appelés à être le temple de Dieu (1 Corinthiens 3 :16) et  les sacrificateurs du Dieu Très Haut (1 Pierre 2 :5). Ainsi, il n’est aucunement question d’apporter des dîmes à un quelconque pasteur dans un bâtiment qu’on appelle à tort « maison de Dieu ».

    De plus, la bénédiction ne peut être conditionnée par l’argent qu’on donne à une organisation religieuse. Sous la Nouvelle Alliance, nous sommes premièrement bénis par l’amour manifesté au travers de l’œuvre de la croix. C’est à cet effet que Paul a déclaré dans Éphésiens 1 :3 que nous sommes bénis de toutes bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ. Aussi, quelle bénédiction supplémentaire pourrait espérer une personne qui réalise sa position dans le Royaume de Dieu, à savoir : « assis dans les lieux célestes en Christ » (Éphésiens 2 :6) ?

    JÉSUS-CHRIST A-T-IL ENSEIGNÉ LE PAIEMENT DE LA DÎME À L’ÉGLISE ?

    Amour-et-argentJésus-Christ a mentionné le mot « dîme » à deux reprises dans le récit de l’Évangile. Quel était l’enseignement qu’il voulait réellement communiquer dans ces passages ?

    « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous payez la dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité : c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses. » Matthieu 23 :23.

    Dans ce passage, Jésus parlait aux scribes et aux pharisiens et les qualifiait d’hypocrites en ce qu’ils payaient les dîmes, mais  laissaient « ce qui est le plus important dans la loi ». Ainsi, Jésus déclarait clairement que le paiement de la dîme n’était pas la pratique la plus importante de la loi et les invitait premièrement à pratiquer « la justice, la miséricorde et la fidélité (ou la foi) », car sans ces choses il est impossible de plaire à Dieu (Matthieu 6 :33 ; Matthieu 9 :13 et Hébreux 11 :6). Les pharisiens étaient particulièrement zélés pour les traditions de leurs pères et figuraient parmi les plus religieux des juifs. Le mot « pharisien »  signifie en effet « séparé » ; ils se nommaient ainsi, car ils se tenaient à l’écart des choses et des personnes qu’ils considéraient impures. Ces hommes « à part » enseignaient la justice obtenue par la stricte application de la loi comme l’illustre le passage qui suit :

    « Et il dit aussi cette parabole à quelques-uns qui se confiaient en eux-mêmes comme s’ils étaient justes, et qui tenaient le reste des hommes pour rien: deux hommes montèrent au temple pour prier, l’un pharisien, et l’autre publicain. Le pharisien, se tenant à l’écart, priait en lui-même en ces termes: Ô Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes qui sont ravisseurs, injustes, adultères; où même comme ce publicain. Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. Et le publicain, se tenant loin, ne voulait même pas lever les yeux vers le ciel, mais se frappait la poitrine, disant: Ô Dieu, sois apaisé envers moi, pécheur! Je vous dis que celui-ci descendit en sa maison justifié plutôt que l’autre; car quiconque s’élève sera abaissé; et celui qui s’abaisse sera élevé. » Luc 18 :9-14

    Au travers de cette histoire, Jésus présente deux hommes qui étaient allés au temple pour prier. D’un côté, un pharisien qui exaltait sa propre justice et se considérait comme fidèle à Dieu et à sa loi puisqu’il ne commettait pas les péchés du collecteur d’impôts, jeûnait régulièrement et donnait la dîme de tous ses biens. D’un autre côté, un collecteur d’impôts qui reconnaissait humblement qu’il était pécheur devant Dieu et implorait sa miséricorde. À la fin, le collecteur d’impôts repentant a été justifié plutôt que le pharisien arrogant. L’enseignement principal à en tirer est qu’il n’y a pas de justification dans l’observation de la loi à la lettre. En effet, Dieu prend davantage plaisir à l’humilité et aux esprits brisés (Psaume 51 :19). Donc oui, Jésus a parlé de la dîme comme le montrent ces passages, mais ces versets ne peuvent absolument pas être cités aujourd’hui pour encourager les chrétiens à payer la dîme, car ce n’était pas l’enseignement que Jésus communiquait. Il est vrai que Jésus ne condamne pas le paiement des dîmes ici, mais il faut comprendre que lorsqu’ Il en parlait dans Matthieu 23 :23 (et Luc 11 :42 qui raconte la même histoire), la Nouvelle Alliance n’avait pas été inaugurée. Cette dernière a commencé à la mort de Jésus Christ.

    DE LA LOI À LA GRÂCE : QU’EST-CE QUI A RÉELLEMENT CHANGÉ ?

    argent bonheurPour beaucoup, il est très difficile de comprendre la différence entre la loi et la grâce. Il est tout d’abord important de rappeler que les deux participent au même plan de rédemption de l’humanité, la loi étant l’ombre des choses à venir (Colossiens 2 :17 et Hébreux 10 :1) et le pédagogue qui conduit à Christ (Galates 3 :24). Quant à la grâce, elle est venue avec Christ, l’agneau de Dieu qui avait été immolé avant la création du monde (1 Pierre 1 :19-20).  La loi donnée par Moïse prescrivait des sacrifices d’animaux pour le pardon des péchés. En effet, « sans effusion de sang il n’y a pas de pardon »selon Hébreux 9 :22. Cependant,  « le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices; car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés » (Hébreux 10 :3).

    Ainsi, Christ est venu sur terre offrir un sang pur afin d’ôter le péché du monde et de mettre fin à la première alliance (la loi cérémonielle instituée sous Moïse) et d’en établir une nouvelle dans laquelle il n’y aurait plus besoin de sacrifice pour le péché, car par une seule offrande, celle de son corps, Jésus a amené les saints à la perfection.

     « C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m’as formé un corps; Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j’ai dit : Voici, je viens Ô Dieu ! Pour faire ta volonté. Dans le rouleau du livre il est question de moi pour faire, ô Dieu, ta volonté. Après avoir dit d’abord : Tu n’as voulu et tu n’as agréé ni sacrifices ni offrandes, ni holocaustes ni sacrifices pour le péché ce qu’on offre selon la loi, il dit ensuite : Voici, je viens pour faire ta volonté. Il abolit ainsi la première chose pour établir la seconde. C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu,  attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. C’est ce que le Saint-Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit : Voici l’alliance que je ferai avec eux: Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leurs cœurs, et je les écrirai dans leur esprit; il ajoute: Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché.  Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire, de sa chair,  et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu,  approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. »Hébreux 10 : 5-22.

     

      LA LOI MOSAÏQUE

     

    Ancienne Alliance

    LA GRÂCE

     

    Nouvelle Alliance

    Bénéficiaires de l’alliance Israël (Romains 9 :4) Toutes les nations (Jean 3 :16)
    Canal d’institution Moïse (Jean 1 :17) Jésus Christ (Jean 1 :17)
    Sacerdoce Sacerdoce lévitique avec Aaron comme premier souverain sacrificateur et ses fils comme sacrificateurs (Exode 28 :1). Sacerdoce royal de tous les croyants avec Jésus-Christ comme souverain sacrificateur (Hébreux 7) et tous ses disciples comme sacrificateurs (1 Pierre 2 :9 et Apocalypse 1 :6).
    Héritage et paiement des sacrificateurs Les dîmes étaient le paiement des sacrificateurs pour le service qu’ils opéraient dans la tente d’assignation et leur héritage était Dieu lui-même (Nombres 18 :20-24) Les sacrificateurs / enfants de Dieu sont héritiers de Dieu et cohéritiers de Christ (Romains 8 :17, Ephésiens 1 :11). Pas de paiement pour les sacrificateurs qui doivent vivre par la foi (Romains 1 :17) et se contenter du minimum (1Timothée 6 :8)
    Habitation de Dieu La tente d’assignation (Exode 26) puis le temple construit par Salomon (1 Rois 6) Les disciples nés de nouveau sont le temple du Saint-Esprit (1 Corinthiens 3 :16 et 6 :19)
    Accès à la présence de Dieu Le temple était divisé en 3 parties :

     

    1. le parvis où tous les israélites pouvaient accéder
    2. le lieu saint où seuls les sacrificateurs fils d’Aaron pouvaient accéder
    3. le lieu très saint où le souverain sacrificateur entrait une fois par an.

    (Lire Hébreux 9 :1-7)

    Lors du sacrifice de Jésus-Christ à la croix, le voile du temple qui séparait le lieu saint du lieu très saint s’est déchiré. En offrant son sang parfait comme sacrifice pour le péché du monde, Jésus-Christ a inauguré une nouvelle route vers le lieu très saint, symbole de l’intimité avec Dieu restaurée pour tous les hommes (Hébreux 16 :26).Jésus-Christ est à présent le seul chemin et médiateur vers Dieu le Père (Jean 14 :6 et 1 Timothée 2 :5).
    Condition du pardon des péchés Les sacrifices d’animaux répétés tous les ans pour couvrir les péchés (Lévitique 16) La foi en l’unique sacrifice de Jésus-Christ qui est l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde (Jean 1 :29)
    Sacrifice agréable à Dieu L’holocauste décrit dans Lévitique 1 L’offrande de nos vies sanctifiées selon Romains 12 :1-2
    Moyens d’enseignement La loi mosaïque était le pédagogue qui conduisait vers Christ (Galates 3 :24). L’Esprit Saint est l’enseignant par excellence que le Seigneur a laissé (Jean 14 :26).
    Lieu d’inscription des termes de la « loi en vigueur » Sur des tables de pierre, symbole des cœurs non convertis (Exode 24 :12 et Exode 34 : 4+28) Sur des tables de chair, symbole des cœurs nouveaux et des esprits régénérés à la nouvelle naissance (Ezéchiel 36 :25-27 et Hébreux 10 :16)




    De la loi à la grâce, le changement majeur concerne le sacerdoce duquel découlait la loi cérémonielle regroupant toutes les prescriptions de Moïse relatives au culte, et rendu obsolète par le sacrifice parfait de Christ. Nul besoin aujourd’hui qu’une élite se consacre à faire des sacrifices d’animaux, des prières et des offrandes pour le peuple. Jésus Christ est effectivement l’intercesseur (Hébreux 7 :25 et 1 Jean 2 :1) et la victime expiatoire offerte pour nos péchés.

    La dîme payée aux lévites n’a plus de raison d’être aujourd’hui dans la mesure où le sacerdoce lévitique a été remplacé par le nouveau sacerdoce dans lequel Jésus-Christ est le souverain sacrificateur et tous les croyants sont sacrificateurs, sacrifices et temples. Par conséquent, prétendre que le chrétien lambda doit verser la dîme de ses revenus aux sacrificateurs modernes – plus connus sous le nom de pasteurs, prophètes, bishops ou hommes de Dieu – est une grossière erreur.

    Jésus n’a pas aboli la loi en ce qu’Il n’a pas changé son standard en matière de sainteté, de justice et de moralité (Matthieu 5 :17-20 + 48, Hébreux 10 :14, Matthieu 6 :33 et Marc 12 :29-33 et Galates 5 :14). En revanche, Il a non seulement accompli une fois pour toutes le sacrifice d’expiation nécessaire au pardon de nos péchés,  mais il a également pourvu – au travers de l’envoi du Saint-Esprit – à l’aide nous permettant d’atteindre ses exigences.

    COMMENT S’EST DÉVELOPPÉ LE « SACERDOCE PASTORAL » QUE L’ON PEUT OBSERVER DANS LA MAJORITÉ DES ASSEMBLÉES AUJOURD’HUI ?

    agent qui pleut Le « sacerdoce pastoral ou de l’homme de Dieu » est un système financé et soutenu par les fidèles. Comme dans beaucoup d’autres mouvements religieux, il y a un leader spirituel rémunéré (généralement le pasteur), un édifice (le bâtiment d’église ou lieu de réunion) et des règles relatives aux sacrifices (notamment la dîme).

    Bien que ce fonctionnement ne soit pas biblique, on peut le retrouver dans la majorité des assemblées chrétiennes aujourd’hui et nous allons voir les éléments qui ont favorisé son développement.

     Comme il a été dit plus haut, nous sommes passés du sacerdoce lévitique, où seule une catégorie de personnes avait accès à la présence de Dieu, au sacerdoce universel dans lequel tous les croyants sont sacrificateurs.

    Le triste constat c’est que beaucoup ne connaissent ni ne comprennent leur responsabilité en tant que sacrificateur et méprisent cette fonction en se mettant sous le joug des hommes.

    Il n’y a rien de nouveau soleil. Tout le peuple d’Israël avait initialement été appelé à être « un royaume de sacrificateurs et une nation sainte » (Exode 19 :6) mais la majorité a refusé non seulement la présence et l’intimité avec Dieu (Exode 20 :19) mais également le règne direct de Dieu en réclamant un roi comme les autres nations (1 Samuel 8 :5-8). De la même manière, beaucoup de croyants de la Nouvelle Alliance veulent un pasteur ou prophète qui règnera sur eux, intercèdera en leur faveur auprès de Dieu et leur communiquera la pensée de Dieu pour leur vie. Cette inclinaison de l’homme à vouloir un chef pour gouverner sur lui est l’un des éléments ayant favorisé le développement du « sacerdoce pastoral » mais ce n’est pas le seul.

     Le « sacerdoce pastoral », présent même dans les églises dites réformées, est aussi un héritage de l’Église catholique. En effet, au IIe siècle, Ignace d’Antioche (35-107) a développé une doctrine exaltant un évêque au-dessus des autres anciens. Cet évêque seul aurait, selon Ignace d’Antioche, la responsabilité de célébrer le repas du Seigneur, diriger les baptêmes, donner des Conciles, discipliner les membres de l’église, approuver les mariages et donner les sermons. Ce modèle, également soutenu par Cyprien de Carthage (200-258) qui est l’un des pères de l’Église Catholique, s’est propagé au cours du IIe siècle et prévalait partout à la fin du IIIe siècle.

    C’est ainsi que s’est progressivement développée la classe très hiérarchisée du clergé, qui est bien sûr en totale inadéquation avec le modèle de l’Église primitive gérée par un collège d’anciens (Actes 13 :1-3). Malgré les vagues de réformation du XVe siècle jusqu’à aujourd’hui, ce fondement non biblique d’un homme seul à la tête de l’assemblée locale demeure dans quasiment toutes les « dénominations chrétiennes ». Ainsi, la fonction « pasteur » qui n’est évoquée que deux fois dans le Nouveau Testament est centrale dans la quasi-totalité des assemblées actuelles.

     Si l’idée qu’un seul homme dirige fut acceptée et profondément ancrée dans les mentalités dès le IIIe siècle, le soutien financier de ce système par la dîme s’est développé bien plus tard. En effet, Cyprien de Carthage fut le premier à mentionner le soutien du clergé par le paiement de la dîme, mais cette idée ne rencontra pas beaucoup de succès dans les premiers siècles. Jusqu’au VIIIe siècle, la dîme était pratiquée comme offrande volontaire, mais elle est devenue obligatoire et même légale vers la fin du Xème siècle pour soutenir l’Église qui entretenait d’étroites relations avec l’État. Cela n’est plus le cas aujourd’hui, mais la pratique de la dîme reste largement répandue pour rémunérer les « ministres de Dieu ».

     Le « sacerdoce pastoral » selon lequel un pasteur rémunéré règne seul à la tête de l’Église n’a donc aucun fondement biblique. Dans son livre Le Christianisme paganisé, Frank Viola décrit justement les dommages d’un tel système sur le libre fonctionnement de l’Église :

     « Notre ignorance de l’histoire de l’Église nous a aveuglément volé une partie de notre héritage collectif. Le ministère individuel est entièrement étranger au Nouveau Testament, pourtant nous l’embrassons tandis qu’il suffoque notre fonctionnement. Nous sommes des pierres vivantes, non mortes. Cependant, l’office pastoral nous a transformés en pierres qui ne respirent pas. [..]

     L’office pastoral vous a volé votre droit de fonctionner comme membre du Corps de Christ ! Il a fermé votre bouche et vous a attaché à un siège. Il a tordu la réalité du corps, faisant du pasteur une bouche géante et vous une oreille minuscule. Il vous a rendu spectateur muet à peine compétent à prendre des notes de sermon et à passer un plateau pour l’offrande !

    Mais ce n’est pas tout. L’office pastoral moderne a renversé la pensée principale de la lettre aux Hébreux – la fin de l’ancien sacerdoce. Il a rendu inefficace l’enseignement de 1 Corinthiens 12-14, que chaque membre a le droit et le privilège du service lors d’une réunion d’Église. Il a vidé le message de 1 Pierre 2 qui révèle que chaque frère et sœur est un prêtre dans le service. […]

     Nous traitons le pasteur comme s’il était l’expert professionnel. Nous nous attendons à ce que les docteurs et les ministres nous servent, pas pour nous apprendre à servir les autres. Et pourquoi ? Parce qu’ils sont les experts. Ils sont les professionnels qualifiés. Malheureusement, nous considérons le pasteur de cette même manière. Toute cette manière de faire s’élève contre le fait que chaque croyant est un prêtre, non seulement devant Dieu, mais les uns envers les autres.

    Mais il y a quelque chose d’autre. Le pastorat moderne rivalise contre l’Autorité fonctionnelle du Christ dans son Église. Il tient d’une manière illégitime la place unique de la centralité et de l’Autorité parmi le peuple de Dieu, une place réservée seulement pour la personne du Seigneur Jésus. Jésus-Christ est le seul chef sur l’Église et a le mot final. Par son office, le pasteur déplace et supplante l’Autorité du Christ en s’établissant comme tête humaine de l’Église.

     Pour cette raison, rien ne gêne autant la réalisation du but éternel de Dieu que le rôle pastoral moderne. Pourquoi ? Parce que ce but est de manifester l’Autorité du Christ dans l’Église par le libre fonctionnement de chaque membre du Corps. Tant et aussi longtemps que l’office pastoral demeure, vous ne serez jamais témoins d’une telle manifestation. »

     À la lumière de tous ces éléments, payer la dîme sous la Nouvelle Alliance revient à soutenir un sacerdoce que Dieu n’a jamais établi puisque ce système va à l’encontre de l’œuvre du Seigneur. Payer la dîme sous la Nouvelle Alliance c’est également refuser son identité de sacrificateur et se priver soi-même de la liberté pour laquelle Christ a payé un grand prix à la croix. Payer la dîme sous la Nouvelle Alliance signifie enfin négliger la grâce et refuser l’ordre établi par Dieu.

     Si la dîme n’est plus d’actualité, il est quand même important de rappeler que les offrandes le sont.

    COMMENT LES DISCIPLES SONT-ILS ENCOURAGÉS À DONNER SOUS LA NOUVELLE ALLIANCE ?

    Dès la naissance de l’Église relatée dans le livre des Actes, nous pouvons constater une mobilisation des croyants qui soutenaient l’œuvre de Dieu financièrement, mais contrairement à ce qu’Il avait fait sous l’Ancienne Alliance, Dieu n’avait pas fixé des lois particulières relatives aux offrandes. Quelques recommandations ont cependant été émises concernant les dons au sein de l’Église.

    • Les dons doivent être faits en réponse à des besoins spécifiques.

    « Car il n’y avait parmi eux aucun indigent : tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu’ils avaient vendu, et le déposaient aux pieds des apôtres; et l’on faisait des distributions à chacun selon qu’il en avait besoin. » Actes 4 :34-35.

     « En ce temps-là, des prophètes descendirent de Jérusalem à Antioche. L’un d’eux, nommé Agabus, se leva, et annonça par l’Esprit qu’il y aurait une grande famine sur toute la terre. Elle arriva, en effet, sous Claude. Les disciples résolurent d’envoyer, chacun selon ses moyens, un secours aux frères qui habitaient la Judée. » Actes 11 :27-29.

    • Les dons doivent être faits dans le secret et l’humilité.

    « Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus; autrement, vous n’aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux. Lors donc que tu fais l’aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d’être glorifiés par les hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, afin que ton aumône se fasse en secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » Matthieu 6 :1-4.

    •  Les dons doivent être faits en fonction de ses moyens et non au-delà.

    « Et en cela je vous donne un conseil, car cela vous convient, à vous qui non seulement avez commencé de le faire, mais qui en aviez eu le dessein dès l’année passée. Achevez donc maintenant de le faire, afin que comme il y a eu la promptitude de la volonté, il y ait aussi l’accomplissement selon vos moyens. Car, si la promptitude de la volonté existe, on est agréable à Dieu, selon ce qu’on a, et non selon ce qu’on n’a pas. »

    2 Corinthiens 8 :10-12

    • Les dons doivent être faits avec joie et non avec regret ou par contrainte.

    « Que chacun donne selon qu’il l’a résolu en son cœur, non à regret, ni par contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. » 2 Corinthiens 9 :7

    Sous la Nouvelle Alliance, donner de l’argent – même pour soutenir des causes nobles et importantes – n’est pas une loi obligatoire, mais il s’agit plutôt de l’expression de l’amour de Dieu répandu dans le cœur du croyant.

    La seule chose que le disciple est vivement encouragé à donner c’est son corps selon qu’il est écrit dans Romains 12 :1 : « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable ».

    SI LES CHRÉTIENS NE PAIENT PAS LA DÎME, COMMENT LES PASTEURS ET AUTRES MINISTRES DE DIEU VIVRONT ?

    Lorsque Dieu donne une vision, il donne également la provision nécessaire à l’accomplissement de celle-ci. Ainsi, celui qui a reçu l’appel de Dieu doit s’attendre entièrement à celui qui l’a appelé et non user de stratagèmes mêlant fausses doctrines et manipulation du peuple de Dieu pour s’auto-assurer un salaire et une retraite confortables.

    « Le juste vivra par la foi », la Parole nous le dit dans Romains 1 :17. Il s’agit même du passage ayant initié la réforme protestante du XVIe siècle avec Martin Luther (1483-1546) qui s’est fermement opposé au trafic dans l’Église et aux systèmes non bibliques qui tuent la foi. À son époque, Luther a combattu le système hérétique non biblique des indulgences qui faisaient croire aux croyants qu’ils pouvaient acheter  leur place au paradis. Aujourd’hui, nous pouvons observer un phénomène similaire avec le succès d’un évangile édulcoré dans lequel il suffirait de donner son cœur à Jésus une fois et de donner la dîme au pasteur pour être sauvé. Cet enseignement erroné satisfait d’une part les chrétiens qui n’arrivent pas à faire une croix sur le péché et d’autre part les pasteurs et autres hommes de Dieu professionnels qui ont l’assurance d’un salaire. Pourtant, selon Éphésiens 4 :11, les ministres de la parole sont censés être des dons pour l’Église et non des charges.

    Oui, le disciple de Christ est encouragé à faire part de ses biens à ceux qui lui annoncent l’Évangile (Galates 6 :6). Mais est-ce que cela signifie mettre en place une organisation que Dieu n’a pas instituée au sein de son corps en imposant le paiement de la dîme comme doctrine fondamentale de l’Église ? Sûrement pas ! Faire part de ses biens à ceux qui nous annoncent l’Évangile revient tout simplement à soutenir par nos biens et librement les serviteurs que Dieu envoie pour nous enseigner la Parole. Ce principe a commencé lorsque Jésus a envoyé les douze en mission et leur a déclaré que « l’ouvrier mérite son salaire » (Matthieu 10 :1-10). Le salaire en question c’est  la nourriture et cela est confirmé dans Luc 10 :7.

    Il y a ainsi un droit de prédicateur et Paul en a parlé dans 1 Corinthiens 9 : 18. Pourtant, il a appelé récompense le fait d’annoncer l’Évangile gratuitement et a estimé plus honorable de travailler de ses mains, afin de pourvoir à ses besoins et à ceux des personnes qui étaient avec lui, pour ne rien imposer aux frères et sœurs. Il a certes reçu quelques dons, mais cela n’était en aucun cas le fruit d’une pression exercée sur le peuple de Dieu.

    « Je n’ai désiré ni l’argent, ni l’or, ni les vêtements de personne. Vous savez vous-même que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi. Je vous ai montré de toutes manières que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. » Actes 20 :33-35.

    Que les ministres de Dieu suivent donc l’exemple de Paul qui, dans la disette comme l’abondance, bénissait Dieu par la foi et dans l’espérance de la gloire à venir !

    DIEU PREND-IL PLAISIR DANS CE QUI APPARTIENT À CÉSAR ?

     « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »Matthieu 22 :21.

     Il s’agit de l’une des répliques les plus connues de Jésus et pourtant nombreux sont ceux qui persistent à vouloir donner à Dieu ce qui est à César.

    Dans cet épisode très connu des Évangiles, Jésus a habilement rappelé aux pharisiens – qui voulaient le piéger – que la monnaie devait revenir à celui dont elle porte l’effigie. Jésus rappelait l’importance d’une part de régler les impôts dus aux autorités et d’autre part de lui donner ce qui lui appartient.

    Paul a également abordé ce sujet dans Romains 13 :7 : « Rendez à tous ce qui leur est dû : l’impôt à qui vous devez l’impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l’honneur à qui vous devez l’honneur ».

    Dieu n’est pas le créateur de la monnaie. Lors de son ministère terrestre, Jésus-Christ a toujours manifesté une certaine distance vis-à-vis de l’argent. Il ne gardait pas la bourse, mais en avait laissé le soin à l’un de ses disciples (Matthieu 12 :6) qui lui, a été séduit par le gain, allant jusqu’à livrer le Maître pour quelques pièces (Luc 22 :4-5).

    À aucun moment Jésus n’a fait d’appel de fonds même s’il a été soutenu notamment par des femmes qui l’assistaient de leurs biens selon Luc 8 :3.

     Aussi, le seul miracle de Jésus lié directement à l’argent est celui qui était relatif au paiement des deux drachmes (un impôt payé par les Israélites pour l’entretien du temple). Dans cette histoire qu’on peut retrouver en Matthieu 17 : 24-27, Jésus a envoyé Pierre pêcher un poisson dans la bouche duquel il y trouva de quoi payer la taxe pour eux deux. En revanche, lorsque Jésus a nourri 5000 hommes, il a choisi de multiplier la nourriture et non la monnaie qui aurait permis d’acheter de la nourriture pour tous.

     « Comme l’heure était déjà avancée, ses disciples s’approchèrent de lui, et dirent : Ce lieu est désert, et l’heure est déjà avancée; renvoie-les, afin qu’ils aillent dans les campagnes et dans les villages des environs, pour s’acheter de quoi manger. Jésus leur répondit : Donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils lui dirent : Irions-nous acheter des pains pour deux cents deniers, et leur donnerions-nous à manger ? Et il leur dit : Combien avez-vous de pains ? Allez voir. Ils s’en assurèrent, et répondirent : Cinq, et deux poissons. Alors il leur commanda de les faire tous asseoir par groupes sur l’herbe verte, et ils s’assirent par rangées de cent et de cinquante. Il prit les cinq pains et les deux poissons et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains, et les donna aux disciples, afin qu’ils les distribuassent à la foule. Il partagea aussi les deux poissons entre tous. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l’on emporta douze paniers pleins de morceaux de pain et de ce qui restait des poissons. Ceux qui avaient mangé les pains étaient cinq mille hommes. » Marc 6 :35-44.

     Que comprendre au travers  de ces deux histoires ?

    Tout d’abord, les impôts ne se paient pas avec la prière ou le parler en langues, mais bel et bien avec la monnaie de ce monde. Le Seigneur donnera toujours le nécessaire afin que ses enfants ne vivent pas sous les dettes et ne rendent de cette manière un mauvais témoignage. Sa provision est toujours miraculeuse, car tout nous vient de Lui. Travailler honnêtement reste le moyen le plus simple pour obtenir la monnaie nécessaire à rendre son dû à César. Il est intéressant de noter ici que Pierre, pêcheur de métier, a été envoyé à la pêche.

    Ensuite, lors de l’épisode de la multiplication des pains raconté par Marc, les disciples s’approchèrent de Jésus pour lui faire remarquer qu’il était temps de renvoyer la foule afin que les gens aillent acheter de quoi se nourrir. Jésus les invita à les nourrir et les disciples réabordèrent la question financière, demandant s’il fallait acheter du pain pour deux cent deniers afin de nourrir toutes ces personnes. C’est à ce moment-là que Jésus accomplit le célèbre miracle de la multiplication des pains et des poissons. Là où l’homme voit l’argent comme le seul moyen de provision, Dieu nous confond et multiplie les produits qu’il a initialement créés pour que l’homme en jouisse librement et sans contraintes.

    Croire que Dieu prend particulièrement plaisir aux offrandes monétaires importantes est un grand mensonge ! Et nous en avons la preuve avec l’histoire de la pauvre veuve qui, financièrement parlant, avait donné peu, mais selon Jésus, elle avait donné plus que tous les autres (Luc 21 :1-4).

    Par conséquent, Jésus regarde davantage aux cœurs et à nos motivations profondes plutôt qu’au montant de nos dons qui ne l’impressionnent absolument pas. C’est ainsi qu’Ananias et Saphira ont été repris sévèrement et frappés de mort, car ils n’ont pas craint Dieu et ont menti au Saint-Esprit (Actes 5 :1-10). Comme d’autres chrétiens de l’Église primitive, le couple Ananias et Saphira avait vendu un champ pour faire un don à la communauté des croyants, mais ceux-ci ont retenu une partie du prix du champ sans le faire savoir aux autres. Comme Pierre l’a soulevé, rien ne les obligeait à faire ce don-là. Et même si la somme apportée par le couple pouvait être considérable, Dieu n’a pas agréé leur don, car leur comportement révélait que leur cœur n’était pas droit, preuve en est : le diable y était entré.

     Cette histoire est une parfaite illustration des chrétiens qui veulent donner à Dieu ce qui appartient à César (l’argent, les billets) et à César ce qui appartient à Dieu (la crainte, la confiance).En effet, Ananias et Saphira n’ont pas craint Dieu en mentant au Saint-Esprit. Ils ont eu peur de manquer en donnant tout, ils ont placé une partie de leur confiance dans la richesse financière et leur don les a conduits à la mort.

    Puissions-nous ne jamais présenter à Dieu de telles offrandes !

    Finalement, Jésus ne prend aucun plaisir à ce qui appartient à César. Il n’a pas aimé l’argent et n’a jamais cherché à s’enrichir sur la terre, mais plutôt à enrichir les autres. D’ailleurs, le conseil qu’Il a donné au jeune homme riche qui voulait être assuré de la vie éternelle est très révélateur :

    « Comme Jésus se mettait en chemin, un homme accourut, et se jetant à genoux devant lui : Bon maître, lui demanda-t-il, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Jésus lui dit : Pourquoi m’appelles-tu bon ? Il n’y a de bon que Dieu seul. Tu connais les commandements : Tu ne commettras point d’adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; tu ne feras tort à personne; honore ton père et ta mère. Il lui répondit : Maître, j’ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse. Jésus, l’ayant regardé, l’aima, et lui dit : Il te manque une chose; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. Mais, affligé de cette parole, cet homme s’en alla tout triste; car il avait de grands biens. Jésus, regardant autour de lui, dit à ses disciples : Qu’il sera difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu !  Les disciples furent étonnés de ce que Jésus parlait ainsi. Et, reprenant, il leur dit : Mes enfants, qu’il est difficile à ceux qui se confient dans les richesses d’entrer dans le royaume de Dieu !  Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.  Les disciples furent encore plus étonnés, et ils se dirent les uns aux autres: Et qui peut être sauvé ?  Jésus les regarda, et dit : Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu : car tout est possible à Dieu. »  Marc 10 :17-27.

    Notons que Jésus – celui qui n’avait pas d’endroit pour poser sa tête (Matthieu 8 :20) – n’a pas demandé à ce que l’homme lui donne ne serait-ce qu’une partie de sa grande richesse terrestre. Quelle différence avec ces leaders évangéliques  mendiant et rackettant le peuple de Dieu !

    SI JÉSUS EST VENU ANNONCER UNE BONNE NOUVELLE AUX PAUVRES, POURQUOI N’A-T-IL PAS MIS FIN À LA PAUVRETÉ ?

     « Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture,  et on lui remit le livre du prophète Esaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit :  L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui.  Alors il commença à leur dire : Aujourd’hui cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, est accomplie.» Luc 4 :16-21.

    À la genèse de son ministère, Jésus est entré dans une synagogue et a lu un rouleau contenant le passage d’Esaïe 61, disant clairement que le prophète avait parlé de lui-même. Nous pouvons voir ici que les pauvres étaient au cœur de son ministère ; c’est à eux particulièrement que Jésus était venu annoncer une bonne nouvelle. Contrairement à ce que beaucoup de prédicateurs de l’évangile de prospérité peuvent enseigner, cette bonne nouvelle n’est pas :

    • « Jésus-Christ est mort à la croix pour que nous soyons prospères financièrement. »
    • « Jésus-Christ s’est fait pauvre sur la terre pour que nous soyons riches sur la terre. »
    • « Donne 100 euros à Jésus et il te rendra 1000 euros. »

    Ainsi, la bonne nouvelle que Jésus est venu annoncer aux pauvres n’est pas le début d’une nouvelle ère qui rimerait avec abondance matérielle et financière. D’ailleurs, même les païens le reconnaissent : « l’argent ne fait pas le bonheur ». Jésus n’est pas venu éradiquer la pauvreté financière et matérielle, il a même déclaré que les pauvres (nécessiteux) seront toujours là (Jean 12 :8).

    Cela peut paraitre choquant et même contradictoire pour certains qui diraient : « Quelle meilleure nouvelle pour un pauvre  que la fin de sa pauvreté ! ». Cependant, la bonne nouvelle que Jésus est venu annoncer concerne le royaume de Dieu, qui ne consiste ni dans le manger et le boire (Romains 14 :17) ni dans les choses terrestres (Matthieu 6). Le royaume de Dieu c’est la fin des inquiétudes, la justice, la paix et la joie par le Saint-Esprit, et ce, dans toutes les situations : disette, maladie, épreuves… Jésus est venu offrir ce que le monde et les billets de banque ne peuvent garantir !

    La bonne nouvelle c’est que la vie éternelle commence dès aujourd’hui au travers de la connaissance personnelle de Jésus-Christ le Dieu véritable (Jean 17 :3), et l’espérance du royaume à venir. Car quand bien même il serait dans l’abondance, les inquiétudes profondes de l’homme quant au lendemain, à la mort et à son éternité ne peuvent trouver de réponse qu’en Christ seul.

    Nous pouvons également noter que la dîme sous la loi de Moïse était une « bonne nouvelle » pour les pauvres puisque ces derniers ne la payaient pas, mais en bénéficiaient. Or aujourd’hui, dans la majorité des assemblées chrétiennes où la dîme est pratiquée, même les personnes aux revenus les plus modestes sont contraintes de payer cet impôt dont les bénéficiaires principaux sont, non les pauvres, mais des pasteurs.    

    Dieu aurait-il cessé de soutenir matériellement les nécessiteux en mettant fin à la dîme ? Absolument pas.

    Les pauvres sont toujours au cœur de l’œuvre de Dieu. Ainsi, Jésus a invité le jeune homme riche voulant le suivre à donner sa fortune aux pauvres (Marc 10 :17-27). D’ailleurs, selon Actes 4 :34-35, il n’y avait aucun indigent au sein de l’église, car tous partageaient. Cet élan de solidarité n’était pas la conséquence d’une loi sur le partage que Dieu aurait imposée, mais plutôt la conséquence de l’amour fraternel qui doit être retrouvé chez les disciples de Christ (Jean 15 :12).

    Cet amour ne consiste pas en paroles, mais en actions et en vérité selon 1 Jean 3 :16-18. Cette notion d’amour en actes est tellement importante pour le Seigneur Jésus qu’Il s’est lui-même identifié au nécessiteux, à l’étranger, au malade et au prisonnier dans Matthieu 25. Dans ce même passage qui parle du jugement, les personnes n’ayant pas fait preuve de miséricorde ont été rejetées par le Seigneur qui leur a dit : « Retirez-vous de moi, maudis ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j’ai eu faim et, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’ai eu soif et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais étranger et vous ne m’avez pas recueilli ; j’étais nu et vous ne m’avez pas vêtu ; j’étais malade et en prison et vous ne m’avez pas rendu visite. Ils répondront Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t’avons-nous pas assisté ? Et il leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle »(Matthieu 25 :41-46).

    Ces paroles devraient nous faire trembler plus que toutes les menaces de malédiction liées au non-paiement de la dîme tant la sentence est claire et douloureuse. L’Église corps de Christ est clairement appelée à exercer la miséricorde et à partager avec les démunis et non à financer le train de vie extravagant de certains pasteurs évangéliques.

    La richesse que Jésus Christ est venu apporter aux pauvres est tout d’abord spirituelle. Le nécessiteux doit cependant pouvoir trouver au travers de l’Église de Christ un soutien matériel dans la mesure du possible. En cela, nous avons un bel exemple au travers de Jésus-Christ qui s’est fait pauvre pour enrichir les autres.

     « De même que vous excellez en toutes choses, en foi, en parole, en connaissance, en zèle à tous égards, et dans votre amour pour nous, faites en sorte d’exceller aussi dans cette œuvre de bienfaisance. Je ne dis pas cela pour donner un ordre, mais pour éprouver, par l’exemple du zèle des autres, la sincérité de votre amour. Car vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis. […]. La bonne volonté, quand elle existe, est agréable en raison de ce qu’elle peut avoir à sa disposition, et non de ce qu’elle n’a pas. Car il s’agit, non de vous exposer à la détresse pour soulager les autres, mais de suivre une règle d’égalité : dans la circonstance présente votre superflu pourvoira à leurs besoins, afin que leur superflu pourvoie pareillement aux vôtres, en sorte qu’il y ait égalité, selon qu’il est écrit : Celui qui avait ramassé beaucoup n’avait rien de trop, et celui qui avait ramassé peu n’en manquait pas. » 2 Corinthiens 8 :7-15.

    ENTRE RICHESSE ET PAUVRETÉ : QUE POUVONS-NOUS ESPÉRER EN CHRIST ?

      « Je te demande deux choses: Ne me les refuse pas, avant que je meure ! Éloigne de moi la fausseté et la parole mensongère; ne me donne ni pauvreté ni richesse, accorde-moi le pain qui m’est nécessaire. De peur que, dans l’abondance, je ne te renie et ne dise : Qui est l’Éternel ? Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, et ne m’attaque au nom de mon Dieu. » Proverbes 30 :7-9.

     Cette parole d’Agur est un exemple parfait de sagesse face aux richesses de ce monde. Au travers de cette prière, il ne demande que le pain quotidien, le nécessaire, ni plus, ni moins, afin que le nom de Dieu soit toujours honoré dans sa vie. Cela fait parfaitement écho à la prière que Jésus a enseignée à ces disciples (Matthieu 6 :9-15) et qui doit également nous inspirer. Le Seigneur nous invite à la dépendance au Père, à la foi, à la simplicité : chose difficile pour les plus riches. À cet effet, Jésus a clairement dit qu’il serait difficile pour celui qui a des richesses d’entrer dans le royaume des cieux (Luc 18 :24). En effet, aux richesses de ce monde sont souvent associées la suffisance, la corruption et même les inquiétudes : autant d’éléments très nuisibles à la foi. Celui qui a d’importantes richesses est aussi particulièrement exposé à l’amour de l’argent présenté comme une racine de tous les maux selon 1 Timothée 6 :10.

    D’ailleurs, même si cela peut s’avérer rude – car on peut rapidement se sentir humainement en situation de risque – il n’y a rien de plus merveilleux que de vivre par la foi et voir la provision du Père au quotidien. Je l’expérimente personnellement de plus en plus et j’ai même réalisé que ce n’est pas en ayant beaucoup matériellement qu’on va davantage semer dans l’œuvre de Dieu ou donner des offrandes que Dieu agréera davantage. D’ailleurs, dans toutes les époques, la pauvreté matérielle et financière n’a jamais été une limite pour servir Dieu. Ainsi, la veuve de Sarepta a pu nourrir Élie, elle-même et son fils pendant les trois ans et demi où la famine avait sévi à l’époque d’Achab (1 Rois 17 : 8-16). Lors du ministère terrestre de Jésus, la pauvre veuve a donné une offrande plus agréable que tous (Luc 21 :1-4). Les églises de Macédoine ont soutenu l’œuvre du Seigneur alors qu’elles étaient dans une pauvreté profonde (2 Corinthiens 8 :1-4)…

     Ainsi même dans la pauvreté, avec Dieu nous ferons des exploits !

    CONCLUSION

    Pour résumer, la dîme n’est plus d’actualité et voici 10 raisons pour lesquelles l’enseignement de cette pratique sous la nouvelle alliance doit être fermement réprouvé :

    • Ni Jésus-Christ ni les apôtres n’ont enseigné le paiement de la dîme.
    • Jésus n’a pas promis qu’Il ouvrirait aux disciples les écluses des cieux s’ils payaient la dîme, il les a déjà assis avec lui dans les lieux célestes.
    • La foi d’Abraham n’a pas été prouvée en ce qu’il a donné une fois une dîme, mais en ce qu’il a accepté d’obéir à Dieu en tout temps, même quand il a fallu renoncer au fils de la promesse.
    • La pratique régulière de la dîme a été instituée sous la loi de Moïse et rendue obsolète par le sacrifice de Christ.
    • La pratique de la dîme est en inadéquation avec la liberté que Christ nous a offerte.
    • Dieu n’a jamais établi le « sacerdoce pastoral » avec au centre un « homme de Dieu » rémunéré par les dîmes des fidèles.
    • La dîme sous la nouvelle alliance est synonyme de condamnation et de pression pour les plus modestes alors qu’elle était une « bonne nouvelle » pour les nécessiteux sous Moïse.
    • Dans sa justice et sa grâce, Dieu ne peut pas maudire une personne qui donne « seulement » 7% de son salaire de 800 euros et bénir une autre qui donne 10% de son salaire de 3000 euros.
    • Dieu ne veut pas uniquement 10% de nos revenus, mais notre vie tout entière.
    • Jésus n’a pas supprimé la loi, mais l’a accomplie afin de nous permettre de rentrer dans une alliance nouvelle où nous sommes devenus fils, rois et sacrificateurs du Dieu Très Haut.

     Alors, finalement comment donner ? De tout son cœur, librement, selon ses moyens, animés des sentiments qui étaient en Jésus-Christ, libérés de l’amour de l’argent et de toute pression. À qui donner ? Aux pauvres, aux veuves, aux orphelins, à nos parents, aux frères et sœurs dans le besoin. On peut aussi soutenir les frais de fonctionnement de l’église locale et tout projet que le Saint-Esprit nous mettra à cœur. Qu’est-ce que Dieu attend de nous ? En toutes choses, le Seigneur attend que nous recherchions l’amour, la fidélité, la justice, la pureté du cœur et l’obéissance à sa Parole. C’est alors que nous nous assurerons un trésor dans les cieux !

     

    À lire aussi : Le Christianisme paganisé, Frank Viola ; Eglise influente ou influencée, Shora Kuetu.

    Nirina C.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Nouvel article sur Les Dokimos

    Je vous laisse ma paix

    by redaction

    Jésus a dit : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point » (Jean 14 :27). 

    trouver paix interieureParmi les nombreuses bénédictions que nous avons en Christ, le Seigneur nous en a donné une dont le prix est inestimable : la paix.  Nous vivions dans un monde instable, perpétuellement secoué par des événements qui suscitent crainte et inquiétude. Guerres, bruits de guerres, épidémies, crise économique, catastrophes naturelles, dislocation de la cellule familiale…  Tout ceci provoque stress, dépression, anxiété, qui sont autant de symptômes qui sont caractéristiques du manque de paix. Les vagues de suicides, notamment en milieu professionnel, ou encore la consommation de stupéfiants et d’alcool, illustrent parfaitement les conséquences de ce problème.

    Pas facile d’être serin dans un climat hostile gouverné par le prince des ténèbres (1 Jean 5 :19). Pas facile non-plus d’être optimiste face à l’avenir. Il est vrai que les dirigeants de ce monde ont mis en place des structures censées garantir la sécurité et la paix de la planète mais il est évident que leurs efforts sont vains. Du moins il est impossible que l’homme trouve une solution pérenne car la paix véritable est avant tout un don de Dieu.

    Or le Seigneur nous a donné à nous, ses enfants, sa paix afin que nous ne soyons plus troublés. Ainsi, l’amour de Dieu pour nous a chassé la crainte de la mort, la crainte du lendemain, la crainte de manquer… Car nous avons tout pleinement en Christ (Colossiens 2 :10).

    « La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour » 1 Jean 4 :18.

    Voilà pourquoi, chers frères et sœurs, nous ne devons pas nous inquiéter mais chercher premièrement le royaume de Dieu car le Seigneur pourvoit à nos besoins et veille sur notre sécurité (Matthieu 6 :25-34). Le monde entier peut s’écrouler, Dieu veillera sur ses enfants.

    « Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus Christ » 1 Thessaloniciens 15 :9.

    Rappelez-vous de ce qu’il s’est passé lorsque Dieu a frappé l’Egypte en lui envoyant diverses plaies et calamités. Tandis que les égyptiens étaient victimes des éléments déchainés, les israélites eux, étaient à l’abri bien qu’ils étaient sur le même territoire.

    En effet, qui d’autre qu’un enfant de Dieu ayant une ferme assurance de son salut, peut oser dire « la mort m’est un gain » (Philippiens 1 :21)?

    « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent » Psaumes 23 :4.

    Les compagnons de Daniel, Shadrac, Meshac et Abed-Nego, avaient cette assurance  que procure la véritable paix.  Qu’ils meurent ou non, cela leur importait peu, ils savaient en qui ils avaient cru. C’est pourquoi, face à cette fournaise ardente, ils avaient pu dire avec calme et détermination : « Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi. Simon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as élevée » (Daniel 3 :17-18).

    Ne soyons donc pas troublés face à l’adversité car notre Dieu est suffisamment puissant pour nous délivrer. Et même si le monde entier nous hait, même si l’ennemi s’acharne contre nous, même si on veut nous faire du mal, soyons certains du fait que le Seigneur changera le mal qu’on veut nous faire en bien.

    « Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein » Romains 8 :28.

    Persévérons dans la foi car la foi est liée à la paix. Il ne sert à rien de s’inquiéter car « Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? » (Matthieu 6 :27). Louons le Seigneur et comptons sur sa fidélité. Il n’abandonne ni ne délaisse ses enfants.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Home   Enseignements   Le blasphème contre le Saint-Esprit

    Le blasphème contre le Saint-Esprit

    Jésus a dit qu’il existait un seul péché qui ne sera jamais pardonné : le blasphème contre le Saint-Esprit.  Or cet avertissement suscite beaucoup de questions parmi les chrétiens, d’autant plus que certains tremblent à l’idée d’avoir pu commettre ce péché sans le vouloir. Nous allons donc voir de quoi il s’agit exactement et s’il  est réellement possible de blasphémer contre le Saint-Esprit par inadvertance. 

    « Alors on lui amena un démoniaque aveugle et muet, et il le guérit, de sorte que le muet parlait et voyait. Toute la foule étonnée disait: N’est-ce point là le Fils de David? Les pharisiens, ayant entendu cela, dirent: Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul, prince des démons. Comme Jésus connaissait leurs pensées, il leur dit: Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même; comment donc son royaume subsistera-t-il? Et si moi, je chasse les démons par Béelzébul, vos fils, par qui les chassent-ils? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous. Ou, comment quelqu’un peut-il entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort? Alors seulement il pillera sa maison. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse. C’est pourquoi je vous dis: Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. Ou dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais; car on connaît l’arbre par le fruit. Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l’êtes? Car c’est de l’abondance du coeur que la bouche parle. L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l’homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor. Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée. Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné » Matthieu 12 :22-37.

    Le blasphème est un outrage, une calomnie, un discours injurieux à l’égard de la divinité. A la lecture de ce passage, le blasphème contre le Saint-Esprit est  associé au fait d’attribuer les œuvres du diable  à Dieu. Or il est écrit que Dieu n’est même pas tenté par le mal et qu’il n’y a pas en lui de ténèbres (Jacques 1 :13 ; 1 Jean 1 :5).  Le problème c’est qu’il est arrivé à beaucoup d’enfants de Dieu d’assister à certaines situations, souvent  à caractère surnaturel  ou inhabituel, devant lesquelles ils se sont demandé, ne serait ce que pendant quelques instants, s’ils avaient à faire à l’œuvre de Dieu ou à celle de Satan.  Et une fois que cette idée leur a effleuré l’esprit, beaucoup sont rongés par la crainte d’avoir commis ce fameux péché impardonnable. Que ceux à qui c’est arrivé se rassurent,  ceux qui finissent par blasphémer contre le Saint-Esprit ont un profil bien particulier. De plus, la Bible nous recommande de ne pas ajouter foi à tout esprit mais de les éprouver pour savoir s’ils sont réellement de Dieu (1 Jean 4 :1). Ainsi, le fait de se poser des questions, essayer de comprendre et de discerner n’a rien d’un péché, bien au contraire.

    Mais revenons-en à notre passage de Matthieu 12. Jésus avait guéri  une personne aveugle et muette et tout le monde reconnaissait  que ce miracle ne pouvait venir que de Dieu, sauf les pharisiens qui y virent là l’action du diable. Pourtant,  du fait de leur connaissance des Ecritures bien supérieure au reste du peuple, les pharisiens auraient dû être les premiers à reconnaître que Jésus était le Messie et qu’il était un envoyé de Dieu. Or ils ont été  les premiers ennemis du Seigneur et à l’origine du complot qui a abouti à sa condamnation à mort.

    UN CŒUR REBELLE ET ENDURCI

    Les pharisiens étaient-ils réellement persuadés que Jésus était un agent de Satan ?

    « Mais il y eut un homme d’entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit: Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui » Jean 3 :1-2.

    « Ils envoyèrent auprès de Jésus quelques-uns des pharisiens et des hérodiens, afin de le surprendre par ses propres paroles. Et ils vinrent lui dire: Maître, nous savons que tu es vrai, et que tu ne t’inquiètes de personne; car tu ne regardes pas à l’apparence des hommes, et tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité. Est-il permis, ou non, de payer le tribut à César? Devons-nous payer, ou ne pas payer? » Marc 12 :13-14.

    Nicodème, un pharisien qui était venu voir Jésus pendant la nuit pour ne pas avoir des problèmes avec ses collègues, avait dit très clairement au Seigneur que les pharisiens reconnaissaient dans leur for intérieur qu’il était un homme de Dieu puisque ses œuvres, les fruits qu’il portait, l’attestaient. De même, les pharisiens reconnaissaient que Jésus enseignait la saine doctrine. Ainsi, de toute évidence, quand ces derniers ont accusé Jésus de chasser les démons par Béelzébul, ils faisaient preuve d’une mauvaise foi manifeste, et en plus de cela, ils l’assumaient.

    Jésus les avait très bien cernés : « Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l’êtes? Car c’est de l’abondance du coeur que la bouche parle. L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l’homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor »(Matthieu 12 :34-35). Le problème des pharisiens c’était leur hypocrisie et la profonde méchanceté de leur cœur endurci.

    Comme nous l’avons vu, Dieu nous demande d’être vigilants en éprouvant les esprits et en analysant les choses à la lumière des Ecritures (Actes 17 :11). Il n’exige pas que nous soyons crédules mais que nous ayons foi en lui. Or la foi nait au contact de la Parole de Dieu, plus précisément lorsqu’on a été convaincu et persuadé par elle (Romains 10 :17).  Dieu nous respecte et prend le temps qu’il faut pour nous convaincre en usant de sa Parole et en l’accompagnant  de signes et de prodiges, de telle sorte que si la prédication ne suffit pas, les œuvres parlent d’elles-mêmes.

    « Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les oeuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé » Jean 5 :36.

    « Il y eut de nouveau, à cause de ces paroles, division parmi les Juifs. Plusieurs d’entre eux disaient: Il a un démon, il est fou; pourquoi l’écoutez-vous? D’autres disaient: Ce ne sont pas les paroles d’un démoniaque; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles? On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace. C’était l’hiver. Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon. Les Juifs l’entourèrent, et lui dirent: Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens? Si tu es le Christ, dis-le nous franchement. Jésus leur répondit: Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les oeuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi. Mais vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis » Jean 10 :19-26.

    Aussi, quand la Parole de Dieu est accompagnée des œuvres qui l’attestent, il ne devrait plus y avoir de doute.

    « Tu m’as persuadé, Éternel, et je me suis laissé persuader; Tu m’as saisi, tu m’as vaincu…» Jérémie 20 :7.

    « C’est pourquoi, selon ce que dit le Saint Esprit: Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos coeurs, comme lors de la révolte, le jour de la tentation dans le désert, où vos pères me tentèrent, Pour m’éprouver, et ils virent mes oeuvres pendant quarante ans. Aussi je fus irrité contre cette génération, et je dis: Ils ont toujours un coeur qui s’égare. Ils n’ont pas connu mes voies » Hébreux 3 :7-10.

    Les pharisiens avaient délibérément choisi de refuser de croire, ils avaient sciemment endurci leur cœur malgré les paroles qu’ils avaient entendues et les œuvres qu’ils avaient vues. Leur entêtement et leur endurcissement les ont amenés à blasphémer contre le Saint-Esprit, et cela de manière volontaire. Ainsi, il est impossible de blasphémer contre le Saint-Esprit sans le faire exprès.

     « Mais, par ton endurcissement et par ton coeur impénitent, tu t’amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu » Romains 2 :5.

    « Prenez garde, frère, que quelqu’un de vous n’ait un coeur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant » Hébreux 3 :12.

    UN PÉCHÉ COMMUN AUX RELIGIEUX ET AUX RÉTROGRADES

    « Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie » Hébreux 6 :4-6.

    Dans ce passage, le verbe éclairer vient du grec « photizo » et signifie éclairer, illuminer, rendre évident, éclairer spirituellement ;  imprégner de la connaissance qui sauve, instruire, informer, enseigner, donner de la compréhension sur.

    « Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement: en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi; la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus; le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé. J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera » Jean 16 :8-14.

    Le Saint-Esprit fait un travail indispensable et remarquable dans la vie de chaque enfant de Dieu. Il est à l’origine de la repentance puisqu’il met en nous la conviction du péché. Il joue également un rôle majeur d’enseignant puisque c’est lui qui nous éclaire sur les Paroles du Seigneur et en facilite la compréhension.

    Or Hébreux 6 :4 dit qu’il est impossible que ceux qui…

     - ont été éclairés

    - ont gouté le don céleste

    - ont eu part au Saint-Esprit

    - ont gouté à la Parole et à la puissance de Dieu

    … soient renouvelés et amenés de nouveau à la repentance.

    Toutes ces caractéristiques ne peuvent concerner que des personnes qui ont connu Dieu. Nous en concluons donc que ceux qui blasphèment contre le Saint-Esprit sont majoritairement des personnes instruites quant aux choses de Dieu et qui finissent par rétrograder et renier le Seigneur Jésus-Christ en paroles et en actes.

    « Avec des discours enflés de vanité, ils amorcent par les convoitises de la chair, par les dissolutions, ceux qui viennent à peine d’échapper aux hommes qui vivent dans l’égarement; ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui.En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n’avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai: Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier » 2 Pierre 218-22.

    UN SYMPTÔME DE L’ESPRIT D’ÉGAREMENT

    « Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous? Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés » 2 Thessaloniciens 2 :3-12.

    Une personne qui blasphème contre le Saint-Esprit a apostasié en retournant dans le monde ou en se laissant séduire par des doctrines démoniaques. Encore une fois, il est important de noter l’aspect volontaire de cette déchéance. En effet, ces gens là n’ont pas reçu l’amour de la vérité (la Parole de Dieu) ou alors ils finissent par la renier. Ils s’abandonnent sciemment aux séductions du monde et s’y complaisent. Ainsi, au lieu de la sainteté, ils font le choix de l’iniquité ; au lieu d’aimer la vérité, ils optent pour le mensonge. A force de persévérer dans le péché sans repentance, le Saint-Esprit s’attriste au point de se retirer définitivement de la vie de la personne concernée.

    «   Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées,  les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. Alors l’Éternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité. L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur coeur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. L’Éternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son cœur» Genèse 6 :1-6.

    « Mais ils ont été rebelles, ils ont attristé son esprit saint; Et il est devenu leur ennemi, il a combattu contre eux » Esaïe 63 :10.

    Voilà pourquoi il est écrit « N’attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption » (Ephésiens 4 :30).

    Une fois le Saint-Esprit retiré, un autre esprit prend place : l’esprit  ou la puissance d’égarement.  Le mot égarement dans 2 Thessaloniciens 2 :11 vient du grec « plane » qui signifie égarement, délire, erreur, fausse opinion sur la morale ou la religion ; erreur qui se montre dans l’action, une fausse manière d’agir, une tromperie, un imposteur.

    Toutes les caractéristiques de l’esprit d’égarement se retrouvent chez Satan qui est le père du mensonge (Jean 8 :44) et donc chez son émissaire le plus puissant et le plus emblématique : l’antichrist.

    « Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils » 1 Jean 2 :22.

    Dans ce verset, le verbe nier, du grec « arneomai », signifie littéralement nier mais aussi renier quelqu’un, en l’occurrence Jésus-Christ, ou encore se renier soi-même, à savoir son propre engagement dans la foi.

    Une fois lié par cette puissance d’égarement, la repentance devient impossible (Hébreux 6 :4-6),  voilà pourquoi l’apôtre Jean dit qu’il est inutile de prier pour les personnes ayant commis le péché qui mène à la mort, c’est-à-dire le blasphème contre le Saint-Esprit (1 Jean 5 :16-17).

    LA MARQUE DE LA BÊTE

    Comme nous l’avons vu, l’esprit d’égarement est directement lié à l’antichrist qui est aussi nommé l’homme impie ou encore la bête (Apocalypse 19 :20).  Il n’est donc pas étonnant que les personnes frappées de cet esprit reçoivent aussi la marque de la bête.

    Beaucoup s’imaginent que la marque de la bête sera visible , par exemple sous la forme d’une puce électronique ou d’un tatouage. Or s’il est certain que l’homme impie utilisera de tels procédés pour des raisons de repérage et de surveillance des populations, la véritable marque de la bête sera invisible, subtile, et d’autant plus dangereuse.

    « Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foipour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteursportant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience » 1 Timothée 4 :2.

    Dans ce passage, Paul avertit Timothée au sujet de ceux qui s’abandonneront la foi pour s’attacher à des doctrines de démons et qui auront pour particularité de porter la marque de la flétrissure dans leur conscience.  Le mot flétrissure, du grec « kauteriazo », veut dire marquer au fer rouge, et dans le contexte, il désigne ceux dont l’âme est stigmatisée par les marques du péché, qui transportent avec eux la conscience perpétuelle du péché.

    La marque de la bête correspond donc à la marque du péché imprimée par l’ennemi dans l’esprit des hommes impies et égarés. En effet, de la même manière que le Saint-Esprit est le sceau de Dieu, donc une marque divine qui purifie notre conscience et produit la sanctification et des œuvres justes (Ephésiens 1 :13 ;  Hébreux 9 :14 ; Apocalypse 7 :3 ), la marque de la bête souille la conscience et enferme pour toujours celui qui est marqué dans la pratique du péché. C’est d’ailleurs ce que suggère le fait d’être marqué sur le front (la pensée) et sur la main (l’action).

    « Et un autre, un troisième ange les suivit, en disant d’une voix forte: Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’agneau. Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom » Apocalypse  14 :9-11.

    Ce passage nous apprend que ceux qui recevront la marque de la bête seront d’office condamnés, ce qui n’est pas sans nous rappeler la condition de ceux qui blasphèment contre le Saint-Esprit. D’ailleurs, on constate que tous ceux qui font partie du royaume de la bête ne se repentent pas de leurs péchés, ce qui témoigne de leur endurcissement et de leur égarement.

    « Les autres hommes qui ne furent pas tués par ces fléaux ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, de manière à ne point adorer les démons, et les idoles d’or, d’argent, d’airain, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher; et ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs enchantements, ni de leur impudicité ni de leurs vols » Apocalypse 9 :20-21.

    « Le cinquième versa sa coupe sur le trône de la bête. Et son royaume fut couvert de ténèbres; et les hommes se mordaient la langue de douleur, et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne se repentirent pas de leurs œuvres » Apocalypse 16 :10-11.

    En conclusion, nous pouvons dire que les personnes qui en viennent à blasphémer contre le Saint-Esprit sont passées par une longue et lente chute, par le chemin large et spacieux qui mène à la perdition et qui est jalonné  d’hypocrisie, d’orgueil, de manque de repentance et d’amour des choses de ce monde. Ceux qui commettent ce péché ne le font ni par hasard ni par inadvertance. Pour autant, nous devons tout de même nous tenir en garde et veiller sur nous-mêmes car le péché est séducteur et nous enveloppe très facilement (Hébreux 12 :1). Ainsi, pour ne pas attirer sur nous une ruine irréversible et éternelle, méditons sur cette Parole :

    « On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; Et ce que l’Éternel demande de toi, C’est que tu pratiques la justice, Que tu aimes la miséricorde, Et que tu marches humblement avec ton Dieu » Michée 6 :8.

    La reproduction de nos articles est autorisée pourvu qu’elle soit intégrale et que la source soit citée.

    Si vous souhaitez soutenir cette œuvre et notamment le magazine trimestriel publié par notre équipe, connectez-vous sur www.lesdokimos.org  rubrique Soutenir. Merci !

     

    Sourcehttp://www.lesdokimos.org/2012/07/07/le-blaspheme-contre-le-saint-esprit/

     

     
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  •                                     Hier (part pour les Lévites)

                 Aujourd'hui ("mouton" tondu par un "fonctionnaire religieux")



    LA DÎME


    Une question revient avec une insistance que nous ne connaissions pas de par le passé : 

    « Comment interprétez-vous la dîme ? Quelle en est, à votre avis, la pratique à adopter dans nos assemblées ? »

    Cette question émane tant de lecteurs de divers pays d’Afrique comme de France et de Suisse. Notre propre interrogation qui répond immédiatement
    à cette question est : « Pourquoi posez vous cette question ? » La réponse de fond souvent exprimée de manière nuancée peut se résumer ainsi : « Je ne suis pas bien d’accord avec ce qui se passe dans mon assemblée. »

    Nous pensons que cette interrogation dépasse le seul sujet de la dîme, et que le débat doit malheureusement s’élargir au sujet plus malsain du rapport à l'argent selon ce monde. Il est probable que le phénomène de « l’imposition de la dîme » dans nos milieux chrétiens se soit accentué ces derniers temps et que l’exemple nord-américain en soit à l’origine.

    Un article du « Jérusalem » de juillet 2007 intitulé « La prospérité » traite des dommages occasionnés par ce faux évangile de la prospérité auquel s’est affilié nombre de conducteurs religieux.
    Cet article mentionne des points intéressant la dîme et en dénonce les dérives
    d’utilisation. (Ce message ne nous a pas valu que des encouragements de sympathie)


    Impression d'étonnement instantané


    Il est étonnant que la dîme, c'est-à-dire une taxe d’une hauteur d’au moins 10% des revenus des membres d’assemblée, soit réclamée par les responsables au titre de l’application de la règle sacerdotale de la Torah et au nom du rappel fait aux judéens par le prophète Malachie à l’occasion de la reconstruction du temple (voir Malachie 3 :8) Certains n’hésiteraient pas à réclamer les 10% sur le salaire brut, car D.ieu aurait la priorité sur les prélèvements (!)

    Ce qui est d’autant plus étonnant est que ceux qui imposent la dîme, parce
    qu'elle est une loi biblique, sont les premiers à prêcher que la Torah est abolie ! Il faut être cohérent ; lorsque la Torah nous avantage, on l'impose, lorsqu'elle ne nous plait pas, on dit qu'elle est abolie. Drôle de raisonnement...
    Cessons ces critiques que notre Seigneur aurait certainement avec beaucoup plus de sagesse et d’autorité admonestées en pareille circonstance.
    Peut-être aurait-il pris un fouet ? Plaçons-nous sous le verdict de sa Parole.


    Qu'en dit la Parole ?


    Qu'est ce que la Dîme ? Selon la Parole de D.ieu et non selon les pensées et dérives humaines. Au préalable nous invitons nos lecteurs à relire Deutéronome 14 : 22-29 ; 26 :12 - Nombres 18 :20-32 – II Chroniques 31

    - La dîme (dixième partie, ou le dessus de la récolte) ne s'appliquait que sur la terre d'Israël. Elle est à caractère imposé, c’est une taxe sacerdotale de nature sacrée, différente de la « Théroumah » ou offrande faite par des coeurs généreux, qui elle est à caractère libre selon la spontanéité du donneur ou correspondante à un appel à la collecte pour un besoin précis d’ordre sacré ou de survie de la communauté (voir pour exemple : Exode 25 : 1-2 ; I Corinthiens 16 :1-3)

    - Le caractère sacré de la dîme, dévolue à D.ieu, interdisait toute profanation, toute utilisation autre que celle prévue par la Torah.
    Ce qui excluait un quelconque enrichissement personnel ou une utilisation
    autre que l’alimentation et le sacrifice.

    - Le dixième des récoltes de l’année et le dixième des naissances des troupeaux devaient être épargnés par les israélites, et être apportés au temple où le contribuable la remettait aux lévites.

    - En Israël, c’était la part qui revenait aux lévites qui n’avaient pas accès à l’héritage foncier. D.ieu était leur héritage.

    - Toute la famille du contribuable en mangeait et se réjouissait devantYHWH Elohim au lieu choisi.

    - Ce que les lévites recevaient, était de même soumis à la dîme, les lévites
    donnaient à leur tour la dîme de la dîme aux sacrificateurs.

    - Pendant deux ans la dîme était apportée au lieu choisi de D.ieu, mais la troisième année la dîme n'allait pas au sacerdoce, elle était distribuée et consommée dans la maison du contribuable avec les lévites, la veuve et
    l’orphelin, les immigrants de passage, les nécessiteux du village et des environs. La dîme revêtait dans ce cas une fonction de partage charitable
    à caractère social.

    - Si quelqu'un venait de loin pour apporter sa dîme, il pouvait vendre sa dîme chez lui et la transformer en argent, cet argent était serré dans sa main pendant tout le voyage pour qu’il ne soit ni manipulé ni utilisé. Dès l’arrivée au temple, il devait avec son argent racheter toutes sortes d'aliments au
    marché puis les apporter aux lévites.

    - La dîme n'a  jamais été, selon les textes, de l'argent. Si cela a pu se faire, alors c'était contraire à la Parole. Car l'objet de la dîme était de se souvenir de la bénédiction de D.ieu, des pauvres et de ceux qui n'ont pas de richesses terrestres comme les lévites, en s'attachant uniquement à l'essentiel, à ce qui nourrit. La nourriture est donnée par D.ieu alors la nourriture se distribue.

    - Dans un pays béni de D.ieu comme Israël a pu l’être en certaines périodes
    d’obéissance, la dîme était abondante. Celle-ci, additionnée au glanage et parts de culture abandonnés aux pauvres, assurait au-delà des besoins des plus nécessiteux.

    - C’est pourquoi il est écrit : il n’y aura pas de pauvre chez toi, mais il y aura
    toutefois des pauvres. Ce qui signifie que les nécessiteux ne seraient pas pauvres voire misérables dans l’absolu, car D.ieu bénirait le sol et le cheptel d’Israël, ainsi les israélites pourraient subvenir aux besoins de leurs frères nécessiteux de sorte qu’ils ne seraient pas miséreux.

    - Par nature, la dîme ne se devait pas aux synagogues, c'est-à-dire aux chefs des assemblées locales ou de quartiers. Pour subvenir à leur besoins et à ceux de leurs familles les rabbis travaillaient, la majorité d’entre eux avait un métier. Par exemple, Paul était manufacturier de tentes, lorsqu’il résidait dans un même endroit pour une durée qui se prolongeait, il travaillait en
    louant ses services à un patron, pour écrivait-il : ne pas être en charge à
    l’assemblée…


    Depuis l'an 70 à nos jours


    Aujourd'hui il n'y a plus de temple au lieu choisi de D.ieu c'est-à-dire Jérusalem, il n'y a plus de lévites ni de sacrificateurs en service.
    L’obligation de la dîme ne se justifiant que dans le cadre d’un bon fonctionnement du temple à Jérusalem et dans le royaume d’Israël, nous
    devons admettre que son application - en tant qu’imposition - est 
    « en suspend ».


    Quelques penseurs intéressés argumenteront que l’Église est le nouveau
    temple fait de pierres vivantes, corps du Seigneur et les conducteurs
    d’assemblées les nouveaux lévites ! Dès lors, c’est à ces derniers que se verserait la dîme… Bien entendu, en billets de banque ou chèques, c’est beaucoup plus pratique que des aliments… Nous ne cautionnons pas cette interprétation, elle est illégitime. (JYH: D'autant plus qu'elle est liée à la fausse -et dramatique- "théologie de la substitution" ou du remplacement de "Israël et sa kéhila" par "l'ekklesia romaine", mais que dit Romains 11 ?!)
    ... quant à l'argument "payer les bâtiments", cela relève autant de la spéculation foncière que du besoin d'avoir "pignon sur rue" pour sa propre gloriole ou celle de la "maison mère". Les premiers disciples se réunissaient "dans les maisons", les leurs (Actes 2:46; 5:42; 8:3; 20:20; 2 Tim 3:6).

    Si la dîme, qui est un impôt sacerdotal, n’est plus de mise et ne peut se réclamer d’aucune façon, cela n’empêche pas, par charité et nécessité, de donner ce que D.ieu met sur notre cœur, en faveur d’un individu, d’un groupe, d’une cause, pour un besoin particulier, ce que nous appelons communément offrandes.

    Des collectes peuvent donc s’organiser pour satisfaire à un besoin avéré, tel que Paul le fit auprès des grecs pour aider les assemblées des frères de Jérusalem alors en proie à de grandes difficultés d’ordre pratique. 
    (JYH: A noter que Paul ayant demandé aux Corinthiens (1 Cor 16:2) de préparer cette aide un "premier jour de la semaine" -donc évidemment hors shabbat- les "chrétiens adorateurs du dimanche" en ont déduit que c'était une justification à la fois de la "dîme" et du "dimanche" !  
    http://jyhamon.eklablog.com/images/emoticons/sarcastic.gif)

    En somme, nous devons rester attentifs aux vrais besoins des frères en la foi et en priorité de ceux de la collectivité dans laquelle nous prions, étudions, qui est le premier lieu où nous avons à pratiquer la libéralité, la charité,
    non par contrainte mais selon l'amour, la sagesse, et suivant les capacités et les dons octroyés à chacun.

    Je peux décider devant D.ieu de donner volontairement pour les différents besoins, au moins dix pour cent de mes revenus. Cela reste ma décision, qui ne revêt pas pour autant la définition de la "dîme" selon la Parole.

    Soyons clair, en dehors de l’institution sacerdotale dans les circonstances décrites par la Torah d’Israël en Israël, personne ne peut exiger, au nom de D.ieu, que chacun verse 10% de ses revenus.

    Ce que D.ieu bénit sont les offrandes faites de bon coeur, sinon quelle valeur
    cela aurait il à ses yeux ?
    Nous avons par ailleurs remarqué que les dons non sollicités arrivent toujours au moment opportun pour couvrir un vrai besoin, et cela vient de D.ieu qui connait toutes choses.

    Il existe donc toujours - pour ceux dont le coeur est généreux - le don libre des offrandes.
    Mais là encore nous avons à faire preuve de sobriété...
    Car nous notons dans les assemblées africaines et européennes, comme aux USA, une surenchère extravagante de l'appel aux offrandes. Les collectes doivent se faire dans la discrétion et pas pendant le culte, ni pendant la louange, ni l'enseignement (mais par exemple, le lendemain... "premier jour de la semaine", 1 Cor 16:2 
    http://jyhamon.eklablog.com/images/emoticons/yes.gif) ! La générosité du pauvre ayant autant d'importance que celle du plus aisé !
    (JYH: Méfions-nous donc de ces grands moments bien choisis où l'on joue sur 
    les émotions avec l'accompagnement musical ad hoc et l'intervention du "percepteur de service" -parfois invité particulier- spécialiste en manipulation mentale !)

    Pourquoi le Seigneur a t’il chassé les marchands du temple et renversé les tables des changeurs ? Aurait-IL fait le ménage pour que nous n’en tenions pas compte ? Pourquoi avonsnous réintroduit la collecte d’argent dans nos assemblées jusqu’au coeur même du culte ? D’où provient cette inconvenante habitude que de prôner le fer de lance de Mammon (l’argent) dans le sein même du supposé "Corps de Christ" ?

    Cette pensée est pesante, notamment en cette période de crise financière qui démontre toute l’iniquité liée par nature à la valeur monétaire désignée bien à propos « d’injuste » et ce qualificatif est faible. L'argent peut et doit servir à de bonnes oeuvres mais malheureusement par convoitise et cupidité elle peut aussi se prêter à tout autre chose et entrainer l'homme sur le chemin
    de la futilité, de la vanité, de la suffisance, du vol direct ou inconscient par mécanique bancaire, jusqu’au meurtre par spéculation sur les denrées alimentaires en affamant des populations déjà fragilisées par les mêmes rouages financiers… etc. Ce qui est un détestable résultat diamétralement
    opposé à l’objet de la dîme...


    Autre réflexion


    Prétendre que vivre de l'Évangile consiste en corollaire à vivre de la charité ou d’un prélèvement public est un raisonnement fallacieux.
    Oui lorsque brièvement on se déplace pour l'œuvre du Seigneur, non lorsque cela devient un "métier" ! (JYH: Que ce soit les "entreprises religieuses locales", appelées "églises", avec leur "staff", ou les "entreprises itinérantes de délivrance ou de guérison" où l'on "convoque" l'Esprit Saint sans Lui demander Son avis, mais en fonction du "programme" de "l'entrepreneur" !
    ... donc, ce n'est pas Lui qui vient !)


    En ce qui concerne les enseignants, Galates 6 :6 (version Jérusalem) dit :

    « que le disciple fasse part de toute sorte de bien* à celui qui lui enseigne la Parole »
    * Du grec [agathos] = ce qui est bon ; un bien ; un ami ; le bien en soi ; les qualités physiques et morales ; les biens de la terre…

    Ce verset est souvent mis en valeur pour « salarier » à part entière l’enseignant, voire parfois du personnel administratif. Encore une fois ce type d’interprétation n’est pas recevable. Les fidèles d’une assemblée se doivent par déférence et amour d’être attentifs aux besoins de leur(s)enseignant(s), car il serait honteux pour eux que ce dernier soit en manque du nécessaire, nécessaire de toute nature et pas toujours et uniquement de l’argent. D’autre part l’enseignant ne peut pas attendre tout et son superflu de la poche des fidèles. On ne contracte pas d’emprunt et on ne roule pas en automobile de luxe lorsque l’on dépend de la charité publique ; au contraire on redistribue ce qui serait « de trop » afin que la Parole de D.ieu ne soit pas critiquée.

    Or, un homme de D.ieu doit être libre des liens subtils de l'argent et ne rien devoir à personne si ce n'est un bon témoignage dans le souci de dispenser la Vérité. Trop de responsables sont ainsi piégés parce que leurs revenus dépendent entièrement d'une institution à laquelle ils doivent obéissance doctrinale, ou parce qu'ils dépendent du nombre de leurs membres, ceci jusqu'à "imposer" la dîme !

    Toutes ces choses sont litigieuses. Nous ne jugeons pas ceux qui les pratiquent, mais en toute humilité et sans nous instituer « maître de conscience » nous posons le problème pour que tout enfant de D.ieu, et notamment les responsables de communautés, qui sont les plus exposés et dont nous saluons et bénissons l’engagement, puissent sous la bienveillance de notre Seigneur, considérer ce sujet devenu très dangereux à notre époque. 
    Sujet qui rentre, nous en sommes aujourd’hui persuadé, dans le cadre de l’avertissement : 

    « sortez du milieu d’elle mon peuple ! »

    Autre note JYH: J'ajoute ici un extrait de la Parachah "Qorah" (Juin 2013): 

    Il est utile de souligner que l’usage de la dîme est directement et uniquement lié à « l’économie du Sanctuaire » et aux sacrifices. La dîme systématique prélevée sur le peuple n’a pour seule vocation que de permettre à la loi mosaïque dans sa partie sacerdotale et sacrificielle, de fonctionner. Elle n’a pour seconde fonction que de permettre la garde permanente jour et nuit du Sanctuaire en permettant aux lévites de ne pas avoir à chercher terres et héritages pour assurer leur subsistance. La dîme ne consiste qu’en produits alimentaires.
    A ceux (celles) qui aujourd’hui pratiquent dans leur propre intérêt le prélèvement de la dîme, la parachah Qorah leur intime alors de restituer tout héritage et toute possession et de ne vivre que pour la seule garde du Sanctuaire. 
    Être Kohen donne des droits… et des devoirs. Celui de ne plus vivre pour soi et de ne plus s’appartenir.





    La dîme de Malachie


    Que peut signifier hors contexte d'un Temple à Jérusalem : 

    « Dans les dîmes vous me frustrez…» « Apportez donc de tout votre coeur »?

    Aujourd’hui encore parmi ceux qui se disent appartenir au "Corps de Christ", le peuple et ses responsables n’agissent pas fidèlement vis à vis des affaires de D.ieu.

    « Cessez de me tromper dit D.ieu » donnez moi tout votre coeur.

    Si une dîme se justifie aujourd'hui, c’est celle réclamée par le Seigneur, elle
    n'est pas 10 %, mais 100% de notre coeur, car tout le reste de ce que nous avons Lui appartient, mais attention comment nous le gérons, de cela aussi il faudra rendre compte. ■



    Présentation PDF
    https://dl.dropboxusercontent.com/u/38717170/jyhamon.eklablog.com-LA_DME_hier_et_aujourdhui.pdf




    JYH
    24/06/2013
    D'après: blog.qehila
    (Copie autorisée et même souhaitable, à condition d'en redonner le texte intégral et les sources)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    3 commentaires
  • « Et elles élevèrent la voix, et pleurèrent encore. Orpa baisa sa belle-mère, mais Ruth s'attacha à elle. » Ruth 1 :14

     

    Shabbat Shalom bien-aimés,

     

    Il n'y a pas d'autre livre dans les Saintes Ecritures qui représente l'appel de l'Ecclesia (L’Eglise) à une relation d'alliance avec Israël, comme celui de Ruth. L'étude de ce livre est obligatoire pour pouvoir être fidèle à cet éternel Appel de la Fin des Temps. Beaucoup de gens qui se sont engagés à soutenir Israël, en se joignant à elle sans condition, peuvent identifier avec cette précieuse Moabite. Ses actions l’ont amenée à être nommée dans le livre de Matthieu comme une des seules femmes mentionnées dans la Généalogie Royale du Roi David et du Messie Yeshua.

     

    « Salmon engendra Boaz de Rahab; Boaz engendra Obed de Ruth. » Matthieu 1:5

     

    Cette femme appartenant à un peuple qui a maudit et méprisé Israël et qui a été sévèrement puni, a nagé comme un saumon à contre-courant de son propre peuple, de ses amis et de sa famille afin de rejoindre « l’ennemi » Israël par le biais d’une femme frappée et amère, Naomi.

     

    « L'Ammonite et le Moabite n'entreront point dans l'assemblée de l'Éternel, même à la dixième génération et à perpétuité,  4  parce qu'ils ne sont pas venus au-devant de vous avec du pain et de l'eau, sur le chemin, lors de votre sortie d'Égypte, et parce qu'ils ont fait venir contre toi à prix d'argent Balaam, fils de Beor, de Pethor en Mésopotamie, pour qu'il te maudisse. » Deutéronome 23:3-4

     

    L'inimitié entre les Moabites et les Juifs est si féroce que YHVH les a punis et ils ne pouvaient pas être sauvés, ni entrer en relation d'alliance avec Lui en se joignant à Israël, pas même après 10 générations! Ruth, contre toute attente, s’est elle-même abaissée à renverser cette terrible situation et en raison de sa fidélité envers UNE juive veuve, elle a prévalu! Elle a activé ce que j'appelle «La Clé d'Abraham » à sa capacité maximale : elle est née sous la malédiction et par son amour pour cette Juive, elle a transformé sa vie en la plaçant sous le signe de la bénédiction!

     

    « Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. » Genèse 12:3

     

    Lorsque sa période de mise à l’épreuve fut terminée, elle était devenue la Reine de Bethléhem après avoir épousé le plus important Prince de la Ville, Boaz! Le souvenir de la « maudite Moabite » est maintenant oublié, et elle est la femme la plus vénérée de cette ville! Pour toutes les générations à venir Ruth serait l'arrière-grand-mère du roi David et 14 générations plus tard, l’ancêtre de Yeshua le Messie !

     

    « Tout le peuple qui était à la porte et les anciens dirent: Nous en sommes témoins! Que l'Éternel rende la femme qui entre dans ta maison semblable à Rachel et à Léa, qui toutes les deux ont bâti la maison d'Israël! Manifeste ta force dans Éphrata, et fais-toi un nom dans Bethléhem! » Ruth 4:11

     

    Comment a-t-elle fait cela? A quoi a-t-elle fait face? Était-ce facile? Voyons les étapes qu'elle a traversées dans le but d'hériter d'une telle royale position:

     

    1. Elle a aimé le peuple d'Israël, et avait épousé un Juif, mais il est mort. Très souvent, lorsque vous poursuivez votre appel à aimer et soutenir Israël et tout ce que représente Israël, pour commencer, vous subissez des pertes. Pour certains, il semblera que l’appel doive d’abord mourir pour qu’il puisse porter ses fruits.

     

    « Élimélec, mari de Naomi, mourut, et elle resta avec ses deux fils.  4  Ils prirent des femmes Moabites, dont l'une se nommait Orpa, et l'autre Ruth, et ils habitèrent là environ dix ans.  5  Machlon et Kiljon moururent aussi tous les deux, et Naomi resta privée de ses deux fils et de son mari. » Ruth 1 :3-5

     

    Cela permettra d'assurer que votre appel est authentique et qu'il portera beaucoup de fruit!

     

    « En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit.  25  Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. » Jean 12 :24-25

     

    2. Elle a dû faire face à un choix difficile: Pour poursuivre l'objet de ses rêves, sa vocation, sa vision de se joindre à ce peuple et à son Dieu l’ont forcées à abandonner sa propre famille, son pays et tout ce en quoi elle croyait

     

    « Puis elle se leva, elle et ses belles-filles, afin de quitter le pays de Moab, car elle apprit au pays de Moab que l'Éternel avait visité son peuple et lui avait donné du pain.  7  Elle sortit du lieu qu'elle habitait, accompagnée de ses deux belles-filles, et elle se mit en route pour retourner dans le pays de Juda. »Ruth 1:6-7

     

    Se séparerait-elle des dieux et de la religion qu’elle à hérités, de manière à suivre le Dieu d'Israël et Sa Torah? Lorsque vous choisissez d'être greffés sur Israël au travers du Messie juif et Son Sang Expiatoire, vous êtes appelés à être greffés sur l'Olivier, la Nation d'Israël. Peut-être vous avez été élevé comme chrétien(ne), et avez célébré les fêtes païennes de Noël et de Pâques qui sont totalement déconnectées des Racines Juives de la foi. Mais maintenant vous êtes appelés à célébrer les Saintes-Fêtes avec Israël et à honorer le Shabbat. Peut-être que vous connaissiez Jésus-Christ comme une nature Gentile de Dieu, mais maintenant vous êtes appelés à connaître Yeshua le Messie Juif. Peut-être que votre famille et votre dénomination pense que la loi est caduque, mais vous êtes appelés à honnorer les commandements de Yahveh, et à permettre qu’ils soient écrits dans votre cœur par le Saint-Esprit comme le symbolique signe de la Nouvelle Alliance faite avec Juda et Israël.  (Jérémie 31:31-34).

     

    « Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui était un olivier sauvage, tu as été enté à leur place, et rendu participant de la racine et de la graisse de l'olivier,  18  ne te glorifie pas aux dépens de ces branches. Si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que c'est la racine qui te porte. »Romains 11:17-18

     

    3. Plus elle a choisi de suivre Naomi, et son Dieu et son peuple, plus elle a perdu d’amis proches et de parents. Même ceux qui semblent marcher sur la même route avec elle pendant un temps l’abandonnent et la trahissent même. Orpa sa belle-soeur, qui en raison de la même vision avait épousé un Juif (Machlon) et s’est aussi retrouvée veuve, semblait être une compagne d’alliance qui irait jusqu’au bout. Mais quand Orpa est forcée de choisir entre le familier de Moab avec toutes ses traditions, la famille, les parents et la popularité avec les amis, Orpa a choisi de quitter Ruth et Naomi et de se retirer! Ruth a perdu la seule amie qu'elle aurait put avoir sur ce chemin. De la même manière, lorsque vous marchez la route de ceux qui sont entés sur l’Olivier , vous aurez des amis et des parents qui seront d'accord avec votre amour pour Israël! Ils « aiment » aussi Israël ! Mais quand vous allez jusqu’au bout, que vous renoncez à la théologie de remplacement et au Concile de Nicée, que vous honnorez le Shabbat, les Fêtes et les lois alimentaires, ils pensent que vous êtes "fanatique" et ils vous quitteront! Une fois qu'ils voient que vous allez soutenir le droit d'Israël à être dans sa propre terre promise même si cela n'est pas populaire, ils retournent dans leur zone de confort et vous n’avez plus d’amis ! Sauf le Messie Juif et Son Peuple! Les Orpas abandonnent au premier signe de difficulté et nous ne les revoyons plus! Le nom Orpa vient du mot OREF en hébreu, qui signifie la nuque. Montrer l'OREF ou être une Orpa signifie "trahir". Orpa trahit Naomi et Ruth avec un baiser. Il s'agit d'une "trahison élégante» parce que Naomi dans sa détresse, leur demande de quitter le pays et les libère de leur obligation à la suivre. Il n'y a rien qu’elle puisse leur donner, alors pourquoi la suivraient-elles? Ceux qui sont motivés par des intérêts égoïstes ne peuvent pas rester avec une Naomi ruinée et au cœur brisé! Israël est comme Naomi: Elle a le cœur brisé et a de nombreux problèmes. Si vous aimez Israël d'une manière égoïste, vous finirez par l’abandonner comme Orpa!

     

    « Retournez, mes filles, allez! Je suis trop vieille pour me remarier. Et quand je dirais: J'ai de l'espérance; quand cette nuit même je serais avec un mari, et que j'enfanterais des fils,  13  attendriez-vous pour cela qu'ils eussent grandi, refuseriez-vous pour cela de vous marier? Non, mes filles! car à cause de vous je suis dans une grande affliction de ce que la main de l'Éternel s'est étendue contre moi.  14  Et elles élevèrent la voix, et pleurèrent encore. Orpa baisa sa belle-mère, mais Ruth s'attacha à elle. » Ruth 1:12-14 

     

     

    4. Ruth fait le choix d’aller jusqu'au bout-il n'y a pas de retour en arrière maintenant! Elle a fait un vœu si contraignant que si elle le rompt elle causera sa mort et sera plus mal lotie que quand elle était une Moabite maudite! Elle est maintenant engagée à être UN avec Israël, pour le meilleur et pour le pire, pour plus de richesses ou de plus de pauvreté. Il s'agit maintenant d'un véritable « vœu de mariage ». Puis elle dit :

     

    « Voici, ta belle-soeur est retournée vers son peuple et vers ses dieux; retourne, comme ta belle-soeur.  16  Ruth répondit: Ne me presse pas de te laisser, de retourner loin de toi! Où tu iras j'irai, où tu demeureras je demeurerai; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu;  17  où tu mourras je mourrai, et j'y serai enterrée. Que l'Éternel me traite dans toute sa rigueur, si autre chose que la mort vient à me séparer de toi!  18  Naomi, la voyant décidée à aller avec elle, cessa ses instances. » Ruth 1:15-18

     

    5. Ruth fait face à un chemin solitaire et dangereux aux côtés d'une femme frappée par le deuil. Comme elles marchaient sur le dangereux chemin du désert qui conduit de Moab à Bethléem, il n'y avait pas de centres commerciaux, pas de plaisir ni de jeux. Cela a été une sobre marche, et probablement épuisée, Naomi s’appuya sur Ruth tout au long du chemin. En dépit de cette sobriété et ses propres peurs du rejet par le peuple d'Israël, Ruth continue sa marche JUSQU'À ce qu'elle arrive à destination. Rappelez-vous que la route traverse le désert de Judée, il fait chaud, cela est poussiéreux et il y a beaucoup de serpents et de scorpions.

    Depuis que vous avez commencé à bénir Israël et à devenir UN avec lui, la route a-t-elle été torride et poussiéreuse? Avez-vous rencontré des serpents et des scorpions? Si tel est le cas, soyez encouragés! Vous êtes sur la bonne voie!

     

    « Elles firent ensemble le voyage jusqu'à leur arrivée à Bethléhem. Et lorsqu'elles entrèrent dans Bethléhem, toute la ville fut émue à cause d'elles, et les femmes disaient: Est-ce là Naomi?  20  Elle leur dit: Ne m'appelez pas Naomi; appelez-moi Mara, car le Tout-Puissant m'a remplie d'amertume.  21  J'étais dans l'abondance à mon départ, et l'Éternel me ramène les mains vides. Pourquoi m'appelleriez-vous Naomi, après que l'Éternel s'est prononcé contre moi, et que le Tout-Puissant m'a affligée? » Ruth 1:19-21

     

    6. Ruth avait tout en Moab. En Israël, elle est obligée de devenir une mendiante! Il en est ainsi de beaucoup de gens qui commencent à bénir Israël ; parfois leurs finances sont sévèrement frappées! Cela met vraiment à l'épreuve votre foi et votre engagement, lorsqu’au lieu d'hériter la bénédiction promise en Genèse 12:3 vous perdez bien plutôt tout! Si vous êtes dans le ministère, peut-être bon nombre de vos membres ou de partenaires vous abandonnent, et avec eux vos finances s’évanouissent aussi! Ne soyez pas dupés, il s'agit simplement d'une étape de plus dans l’épreuve de la foi et de la fidélité! Ruth s’est elle-même abaissée à devenir un « veuve glaneuse »!

     

    « Naomi avait un parent de son mari. C'était un homme puissant et riche, de la famille d'Élimélec, et qui se nommait Boaz.  2  Ruth la Moabite dit à Naomi: Laisse-moi, je te prie, aller glaner des épis dans le champ de celui aux yeux duquel je trouverai grâce. Elle lui répondit: Va, ma fille. » Ruth 2:1-2

     

     

    7. Elle doit faire face SEULE au rejet! Souvenons-nous qu'il n’y a pas eu de fête de bienvenue pour Ruth en Israël! Elle est «l'ennemie», une Moabite maudite! De la même manière, de nombreux Juifs voient les chrétiens comme leurs ennemis numéro un! Après tout, presque tous les événements anti-sémites ont été perpétrés au nom de Jésus-Christ, depuis la signature du Concile de Nicée au 4ème siècle jusqu’à la Shoah (Holocauste) en Europe nazie! Vous pouvez vous imaginer Ruth naviguer au travers de toutes ces craintes et déterminer en son esprit de continuer à aimer Naomi et son peuple, même s'ils la rejettent! Elle ne pouvait pas permettre à leur rejet et à leur amertume de la toucher. Tout le monde sur le domaine de Boaz savait qu'elle était une Moabite. Elle était à leur merci. Ils pourraient même avoir décidé de se moquer d’elle ou de la tuer! Mais en vérité, rien ne résiste à l’amour!

     

    « Et Boaz dit à son serviteur chargé de surveiller les moissonneurs: A qui est cette jeune femme?  6  Le serviteur chargé de surveiller les moissonneurs répondit: C'est une jeune femme Moabite, qui est revenue avec Naomi du pays de Moab. »Ruth 2: 5-6

     

    8. La bénédiction commence à se manifester lorsque les actes de Ruth sont rendus plubliquement connus. La fidélité de Ruth envers Naomi devient célèbre! Comment a-t-on su qu'elle avait TOUT sacrifié pour suivre sa belle-mère au risque de la pauvreté, du rejet et même de la mort? Qui en a parlé à Boaz?

     

    « Afin que ton aumône se fasse en secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.  5  Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.  6  Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » Matthieu 6:4-6.

     

    C'est un principe du Royaume! Nous n'avons pas à faire la publicité pour nos bonnes actions à la télévision, Yahveh Lui-même vous rend célèbres quand vous vous êtes fidèles! Ruth a été fidèle à Naomi, elle a réussi tous les tests et ne s’est pas plainte, et maintenant le moment est venu pour la récompenser en public! Boaz remarque Ruth et lui est favorable.

     

    « Alors elle tomba sur sa face et se prosterna contre terre, et elle lui dit: Comment ai-je trouvé grâce à tes yeux, pour que tu t'intéresses à moi, à moi qui suis une étrangère? 11  Boaz lui répondit: On m'a rapporté tout ce que tu as fait pour ta belle-mère depuis la mort de ton mari, et comment tu as quitté ton père et ta mère et le pays de ta naissance, pour aller vers un peuple que tu ne connaissais point auparavant.  12  Que l'Éternel te rende ce que tu as fait, et que ta récompense soit entière de la part de l'Éternel, le Dieu d'Israël, sous les ailes duquel tu es venue te réfugier. » Ruth 2:10-12

     

     

     

    9. Une fois que la clé d'Abraham ouvre le verrou par des actes fidèles de bénédictions à l'égard des Juifs et d'Israël, la Porte de la Bénédiction s’ouvre toute grande. Mais humilité et obéissance sont encore demandé de la part de Ruth. Ruth suit les instructions (la Torah!) de sa belle-mère et se couche aux dans l'aire pieds de Boaz. Il s'agissait là de suivre une très audacieuse instruction! Si elle était découverte, elle pourrait être accusée d'être une prostituée! Étant Moabite, toute la ville aurait put la mépriser et l’abuser! Cependant, ELLE FAIT CONFIANCE à sa belle-mère et se confie elle-même au Tout-Puissant! Quand Boaz la découvre, il est très honoré! Elle est une belle jeune femme et il un homme d'âge moyen ! De plus, il a déjà reconnu sa valeur et il est prêt à faire tout ce qu’il faut pour la bénir et l’aider à être pleinement greffée sur l’Olivier. Boaz représente Yeshua le Messie juif qui est prêt à récompenser son Épouse à cause de sa fidélité envers sa famille, le Peuple Juif!

     

    « Maintenant, ma fille, ne crains point; je ferai pour toi tout ce que tu diras; car toute la porte de mon peuple sait que tu es une femme vertueuse. » Ruth 3:11

     

    Yeshua dit dans le livre de Matthieu que ceux qui aident le moindre de ses frères (les Juifs!) sera béni du Père.

     

    « Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde.  35  Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli;  36  j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi…   Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites. » Matthieu 25:34-36,40

     

    10. Ruth a TOUT fait! Maintenant, c’est au tour d’Élohim d’agir! Une fois que Ruth s'est révélée elle-même être fidèle jusqu’au bout, son temps est venu pour simplement se reposer et attendre le résultat! Une fois que vous avez été fidèles dans votre mission concernant Israël, que vous savez que vous avez fait de votre mieux pour Israël avec des actions d'amour désintéressé, pour le Dieu d'Israël, pour le Messie et sa Torah, vous pouvez simplement ATTENDRE.

     

    « Arrêtez, et sachez que je suis Dieu: Je domine sur les nations, je domine sur la terre. » Psaumes 46:10 Votre récompense est sur le point de venir à vous rapidement et personne ne peut l'arrêter! « Et Naomi dit: Sois tranquille, ma fille, jusqu'à ce que tu saches comment finira la chose, car cet homme ne se donnera point de repos qu'il n'ait terminé cette affaire aujourd'hui. » Ruth 3:18

     

    Il est très important que vous vous armiez de foi pendant votre attente, ayant confiance dans Ses promesses et dans Sa bonté! Il récompense ceux qui Le cherchent diligemment. Vous avez passé avec succès tous les tests, toutes les épreuves et vous êtes restés fidèles! « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. » Hébreux 11:6

     

    11. Pendant la période d'attente, un acte juridique a eu lieu! Peut-être qu’il y a des droits sur votre vie, des obstacles qui semblent insurmontables, même des problèmes juridiques qui vous séparent de la Bénédiction. Mais tandis que Ruth se repose, Boaz a pris en charge tous les aspects juridiques. Elle n'a pas besoin de faire une chose de plus que d’avoir confiance, de croire, et d’obéir à sa belle-mère (la Torah!)!

     

    « Alors Boaz dit aux anciens et à tout le peuple: Vous êtes témoins aujourd'hui que j'ai acquis de la main de Naomi tout ce qui appartenait à Élimélec, à Kiljon et à Machlon, 10  et que je me suis également acquis pour femme Ruth la Moabite, femme de Machlon, pour relever le nom du défunt dans son héritage, et afin que le nom du défunt ne soit point retranché d'entre ses frères et de la porte de son lieu. Vous en êtes témoins aujourd'hui! » Ruth 4:9-10

     

    Yeshua combat pour vous maintenant, Il élimine tous les adversaires qui réclament des droits sur votre vie! Il vous prendra pour Lui-même uniquement et Il vous bénira au-delà de votre imagination!

     

    « En effet, vous avez eu de la compassion pour les prisonniers, et vous avez accepté avec joie l'enlèvement de vos biens, sachant que vous avez des biens meilleurs et qui durent toujours.  35  N'abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. » Hébreux 10:34-35

     

     

     

    12. Ruth jouit de la bénédiction à l’extrême! L'heure de la manifestation de la plénitude de la bénédiction  a sonné!

     

    « Boaz prit Ruth, qui devint sa femme, et il alla vers elle. L'Éternel permit à Ruth de concevoir, et elle enfanta un fils. » Ruth 4 :13 Notez que Ruth est restée fidèle à sa belle-mère après que la bénédiction a été libérée dans sa vie! En fait Naomi a bénéficié de la récompense de Ruth, pas moins que Ruth elle-même!

     

    « Les femmes dirent à Naomi: Béni soit l'Éternel, qui ne t'a point laissé manquer aujourd'hui d'un homme ayant droit de rachat, et dont le nom sera célébré en Israël!  15  Cet enfant restaurera ton âme, et sera le soutien de ta vieillesse; car ta belle-fille, qui t'aime, l'a enfanté, elle qui vaut mieux pour toi que sept fils. » Ruth 4:14-15

     

    La plupart des gens oublient la vocation de leur vie lorsqu’ils sont bénis, mais pas Ruth! Elle est restée fidèle à Naomi, accomplissant sa promesse envers elle, même après avoir été récompensée ! Elle n'oublie jamais son vœu, elle est "mariée" à NAOMI et à son bien-être! De la même manière, ceux qui resteront fidèles à leurs "Naomis", seraient-ce des personnes (des mères et des pères spirituelles), ou à leurs missions vie, ou à leurs ministères et en particulier à Israël, deviendront célèbres avec Dieu et avec les hommes, ils afficheront un caractère de ROYAUTÉ et changeront le cours de l’Histoire avec Ruth la Fidèle! Beaucoup de gens ne passent pas cette dernière épreuve et ils quittent leurs "Naomis" parce qu'ils sont bénis. Ils rompent ainsi leur vœu initial irrévocable! Il est temps de partager la Bénédiction avec la Naomi de votre vie! Si "Naomi" est une personne ou un ministère juif, ou Israël même, restez aussi fidèle que Ruth lorsqu’elle fut bénie, afin que votre Bénédiction DEMEURE!

     

    « Naomi prit l'enfant et le mit sur son sein, et elle fut sa garde. »Ruth 4: 16

     

    Un grand merci à toutes les fidèles "Ruths" (hommes et femmes!) qui nous soutiennent, nous bénissent et qui prient pour nous, pour ce ministère et pour Israël avec diligence. Possédez votre récompense complète afin que nous puissions en jouir ensemble pour l'éternité!

     

    « Que l'Éternel te rende ce que tu as fait, et que ta récompense soit entière de la part de l'Éternel, le Dieu d'Israël, sous les ailes duquel tu es venue te réfugier ! » Ruth 2:12

     

    Vos amis "Naomis"  en Israël,
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Message de yerouchalaim, envoyé par le formulaire de contact de karada.revolublog.com
    Sujet : Bonsoir pouvez vous  me dire ce que vous en pensez???
    E-mail : j-philippe.s@wanadoo.fr

    Pasteur et conférencier, Jean-Marc Thobois dépeint  l’histoire d’Israël à travers les âges.

     

     

     

    Mais quel jour est le jour du Seigneur? De quel jour es-tu le Seigneur?  


    Car le Fils de l’homme est maître du Shabbat ». Matt. 12 : 8.


    Il ya sept jours dans la semaine. Quel jour est le jour du Shabbat?


    «Le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu ». Quatrième Commandement (Ex. 20 : 10.)


    Mais, Seigneur, n’as-tu pas aboli la loi qui
    Contient le Commandement du Shabbat?


    «Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir ». Matt. 5 : 17.

    N'as-tu pas au moins changé un des commandements afin qu aujourd'hui tes disciples puissent garder un autre jour?


    «Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé ». Matt. 5: 18.


    Mais, Seigneur, le samedi n’est-il pas un jour Juif ? Le septième jour n’est-il pas le Shabbat des Juifs? 


    «Le Shabbat a été fait pour l’homme ». (Le Shabbat a été mis en place et donné à l’homme 2500 ans avant l’existence d’un juif. Voir Gen. 2: 1-3).


    Quelqu'un m’a dit qu’après ta crucifixion, tes disciples ne gardèrent plus le Shabbat du septième jour selon la loi. Est-ce vrai?


    «C’était le jour de la préparation, et le shabbat allait commencer. Les femmes qui étaient venues de la Gaulée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du Shabbat, selon la loi ». Luc 23 : 54-56.


    Mais l’apôtre Paul ne rencontrait-il pas toujours les premiers
    chrétiens le jour du dimanche en l’honneur de la résurrection?


    «Pendant trois shabbats, il discuta avec eux, d’après les Écritures ». Actes 17 : 2.


    Peut-être s’est-il réuni avec les Juifs le jour du Shabbat et avec les païens le dimanche. Qu’en penses-tu?


    «Paul discourait dans la synagogue chaque Shabbat, et il persuadait des Juifs et des Grecs ». Actes 18 : 4.


    Qel était l’enseignement de Paul sur le repos du Shabbat?


    «Il y a donc un repos de shabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes ». Héb. 4: 9, 10.


    Mais, de quel jour parlait Paul lorsqu’ilDisait que Dieu s’est reposé?


    «Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour: Et Dieu se reposa de toutes ses oeuvres le septième jour ». Hébreux 4: 4.


    (Dans le Nouveau Testament il n’y a pas moins de 59 références au Shabbat. Le livre des Actes note 84 Shabbats durant lesquels l’apôtre Paul et ses compagnons ont tenu des services religieux. Cependant il n’y a aucune parole dans la Bible toute entière autorisant le repos du dimanche.)


    Pourquoi tant de gens gardent-ils le dimanche au lieu du
    Shabbat? Si la Bible enseigne le repos du Shabbat, commentet par qui le repos du dimanche a-t-il commencé?


    «Il [la puissance de la ‘petite corne’] prononcera des paroles contre le Très-Haut, ... Et il espérera changer les temps et la loi ». Dan. 7: 25.


    L’Eglise Catholique Romaine est la Petite Corne de Daniel 7. Pense-t-il avoir la puissance de changer la loi de Dieu?


    «Si elle n’avait pas eu une telle puissance, elle n’aurait pas pu faire ce qu’elle a fait et avec quoi s’accordent tous les religieux modernes; elle n’aurait pas pu substituer à l’observation du samedi, septième jour de la semaine, l’observation du dimanche, le premier jour de la semaine, changement en faveur duquel il n’existe aucune autorité Scripturaire ». Stephen Keenan, prêtre catholique romain, Doctrinal Catechism, p. 174.


    Quand ce changement a-t-il eu lieu?


    «Nous observons le dimanche au lieu du samedi parce que l’Eglise Catholique a transféré, lors du concile de Laodicée (364 ap. J-C.), la solennité du samedi au dimanche ». Peter Geirmann, The Convert’s Catechism, p. 50. (Ce catéchisme reçut la bénédiction du pape le 25janvier 1910).


    Les pasteurs protestants sont-ils d’accord sur ce point?


    CONGRÉGATIONALISTES : « Il est clair que quelles que soient la rigidité ou la dévotion impliquée à l’adoration du dimanche, nous ne gardons pas le Shabbat ». - Dr. R.W. Dale, Les dix commandements, p. 106.


    MÉTHODISTES : « Le Shabbat, dans la langue Hébraïque signifie repos et il s’agit du septième jour de la semaine ... Et il faut confesser qu’il n’y a, dans le Nouveau Testament, aucune loi concernant le premier jour ». - Dictionnaire théologique de Buck.


    BAPTISTES: «Il y avait un commandement, et celui-ci existe toujours, de sanctifier le jour du Shabbat, mais ce jour du Shabbat n’es tpas le dimanche. Il doit être cependant déclaré, avec une grande démonstration de triomphe, que le Shabbat a été transféré du septième au premier jour de la semaine. ...

    Où se trouve le récit de ce transfert?

    Pas dans le Nouveau Testament — absolument pas. ... Bien sûr, je sais parfaitement que le dimanche n’a été utilisé qu’au début de l’histoire chrétienne.
    Mais quel dommage qu’il porte la marque du paganisme, et qu’il ait été christianisé avec le nom du dieu soleil, lorsqu’il fut adopté et sanctionné par l’apostasie papale, et transmis au protestantisme comme un héritage sacré. » Dr. E. T. Hiscox, auteur du Manuel Baptiste.


    Quelle différence cela fait-il que j’adore un certain jour? Un jour est un jour, n’est-ce pas?


    «Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? » Rom. 6 : 16.


    Alors, que dois-je faire, obéir au commandement divin du Shabbat, ou garder le dimanche des hommes?


    «Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ». Actes 5 : 29.


    He bien, Seigneur, Que penses-tu de l’adoration du dimanche?


    «Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes
    Qui sont des commandements d’hommes ». Mail. 15 : 6,9.


    Mais, les millions de gens qui gardent le dimanche ne peuvent certainement pas être dans l’erreur, n’est-ce pas?


    «Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il yen a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent ».Matt. 7 : 13, 14. (Seul un petit nombre obéit à Dieu aux jours de Noé, aux jours de Lot, aux jours du Christ. La majorité se perdit).


    •Mais Mr. Untel, dr. En théologie, est un homme sage: pourquoi lui et d’autres prédicateurs ne gardent-ils pas le Shabbat?


    «Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ». 1 Cor. 1 : 26, 27. (Note : Les grands enseignants à l’époque de Jésus rejetèrent également la vérité. Ses disciples étaient des gens du peuple).


    Mais j’ai accepté Jésus. Il m’a accepté et j’ai gardé le dimanche. Il est clair que je ne serais pas perdu si je ne gardais pas le Shabbat maintenant, n’est-ce pas?


    «Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir ». Actes 17 : 30.


    Je te connais, Seigneur, tu ne me condamnerais pas pour avoir violé le Shabbat, n’est-ce pas?


    «Celui qui dit :je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui ». I Jean 2 : 4.


    Mais n’est-il pas suffisant d’aimer le Seigneur et de vivre par la loi d’amour?


    «Si vous m’aimez, gardez mes commandements ». Jean 14: 15.


    Cela implique-t-il tous les dix?


    «Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous ». Jacques. 2: 10.


    He bien je pense que si nous essayons de suivre Jésus c est tout ce qui est nécessaire, non?


    «Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même». 1 Jean 2 : 6.


    Quelle est ta coutume concernant le Shabbat?


    «Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du Shabbat ». Luc 4 : 16.


    Mais Seigneur, c’était il y a plus de 2000 ans.

    N’adorerais-tu pas un autre jour que le Samedi si tu venais maintenant sur la terre?


    «Je suis l’Eternel, je ne change pas ». Mal. 3 : 6. «Jésus-Christ est le même hier, et aujourd’hui, et éternellement ». Héb. 13 : 8.


    Mon salut dépend-il de mon obéissance à tes Commandements? 


    «Qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel ». Héb. 5: 9.


    Est-il absolument nécessaire de garder les Commandements pour recevoir la vie éternelle?


    «Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements ». Matt.19:17.


    Mais je ne vois toujours pas pourquoi tu insistes sur le septième jour, Seigneur. Le dimanche n’est-il pas aussi bon que le
    samedi?


    «Dieu bénit le septième jour et le sanctifia ». Gen. 2 3.    «Il a béni,Je ne le révoquerai point ». Nom. 23: 20.  «Car ce que tu bénis, ô Eternel est béni pour l’éternité ». 1 Chr. 17: 27.


    He bien, il me semble que si je garde un jour sur sept, sans me soucier duquel, cela devrait être suffisamment bien. 


    «Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue c’est la voie de la mort ». Prov. 16: 25.  «Pour les choses spirituelles ... c’est spirituellement qu’on en juge ». 1 Cor. 2: 13, 14.


    Mais, Seigneur! Ne puis-je pas faire autrement? Mes prières et ma profession de foi ne vont-elles pas m’amener au ciel?


    «Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux ». Matt. 7: 21.


    Mais je prie.


    «Si quelqu’un détourne l’oreille pour ne pas écouter la loi, sa prière même est une abomination ». Prov. 28 : 9.


    Mais, Seigneur, regarde les gens qui font des miracles Certains guérissent des malades, d’autres parlent en langues; pourtant ne gardent-ils pas le Shabbat. Qu’en est-il d’eux?


    «Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons- nous pas prophétisé par ton nom? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité ». Matt. 7: 22, 23.


    Oui, je sais que le Shabbat est bon ; mais mon entreprise aurait des problèmes sije fermais le Shabbat. Je pourrais perdre mon travail.


    «Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme? » Marc 8 : 36.


    Bon, pour moi-même, ça ne me dérangerais pas ; mais qu’en
    Est-il de ma famille? Ne serait-il pas préférable que je travaille le Shabbat plutôt que de voir ma famille souffrir de la faim?


    «Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus ». Matt. 6 : 32,33.


    «Je n’ai point vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain ». Ps. 37 : 25.


    Mes amis vont rire de moi et me ridiculiser.


    «Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haït avant vous ». Jean 15 : 18.


    Mais, suppose que ma famille ne soit pas d’accord avec moi. Dois-je être une source de division dans mon foyer?


    «Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi ». Mail. 10: 37, 38.


      «Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple ». Luc 14: 33.


    J’ai peur de ne pas être capable de résister à toutes ces épreuves. Je suis trop faible.


    «Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort ». 2 Cor. 12 : 9, 10.


    «Je puis tout par Christ qui me fortifie ». Phil. 4: 13.


    Alors, Seigneur, quelle est la récompense
    De la fidélité envers toi et les Commandements?


    «Il n’est personne qui, ayant quitté, à cause du royaume de Dieu, sa maison, ou ses parents, ou ses frères, ou sa femme, ou ses enfants, ne reçoive beaucoup plus dans ce siècle-ci, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle ». Luc 18: 29-30.  


    «Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville». Apoc. 22 : 14.


    Seigneur, j’attends avec impatience une maison sur la terre renouvelée, garderons-nous là aussi le Shabbat? 


    «Car comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l’Eternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom, à chaque nouvelle lune et à chaque Shabbat, toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l’Eternel ». Esaïe 66 : 22, 23.


    Eh bien, Seigneur, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Avec ton aide, je garderais le Shabbat.


    «C’est bien, bon et fidèle serviteur ». Mail. 25 : 21.


    QUELLE MARQUE ALLEZ-VOUS RECEVOIR?


    «L’Eglise Catholique, en vertu de sa mission divine, a changé le jour du samedi au dimanche pendant plus de mille ans avant l’existence d’un protestant ». - Catholic Mirror (Miroir Catholique), septembre 1893.


    «Bien sûr l’Eglise Catholique revendique ce changement comme une action de sa part. Et cet acte est une MARQUE de sa puissance ecclésiastique et de son autorité en matières religieuses ». C. F. Thomas, chancelier du Cardinal Gibbons.


    «L’observance du dimanche par les Protestants est un hommage rendu malgré eux à l’autorité de l’Eglise Catholique ». - Plain talk for Protestants (Propos sans équivoque pour les Protestants), page 213.


      «Sanctifiez mes Shabbats, et qu’ils soient entre moi et vous un signe auquel on connaisse que je suis l’Eternel, votre Dieu ». Ezéchiel 20 : 20. 

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    1 commentaire
  • Introduction

     

    Bienaimés frères et soeurs , démeurez bénis.

    Dans cette nouvelle rubrique nommée le « coin du chercheur » nous allons présenter les enseignements opposés aux nôtres. Ceux de nos frères de toute foi chrétienne, qui souhaite mieux se faire comprendre ou nous comprendre.

    Nous sommes ouverts au débat.

    Tous les frères peuvent nous envoyés des articles au mail suivant : dabocyrus225@yahoo.fr

    Nous avons une seul objection, que le frère sois disponible pour répondre aux questions des autres ou pour éclaircir certains points.

    Jean 14:20-22

    20 En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous.

    21 Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, je l'aimerai, et je me ferai connaître à lui.

    22 Jude, non pas l'Iscariot, lui dit: Seigneur, d'où vient que tu te feras connaître à nous, et non au monde?

    23 Yeshua lui répondit: Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. 

    24 Celui qui ne m'aime pas ne garde point mes paroles. Et la parole que vous entendez n'est pas de moi, mais du Père qui m'a envoyé. 

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique